•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux de Ray-Mont Logistiques dans l'est de Montréal remis à l'automne

L'entreprise et la Ville prendront l'été pour s'entendre sur les mesures de mitigation à mettre en place.

Le terrain contaminé vu de l'autre côté d'une clôture de broche.

Le terrain du futur « Écoparc industriel de la Grande Prairie » fait 10 millions de pieds carrés.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

La plateforme intermodale de transbordement de marchandises que souhaite construire l'homme d'affaires Charles Raymond dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve verra bel et bien le jour. Mais le chantier ne sera pas lancé cet été.

La Ville de Montréal et l'entreprise Ray-Mont Logistiques ont fait savoir dans un communiqué commun lundi matin qu'elles avaient accepté de s'asseoir ensemble pour mettre en place des mesures de mitigation en vue des travaux qui seront lancés prochainement dans ce quartier industriel. Une première rencontre a déjà eu lieu, dit-on.

Lors d'un entretien le mois dernier avec le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, Charles Raymond avait pourtant prévenu que le chantier serait mis en branle cet été.

Or, son entreprise s’est engagée à ne pas entreprendre de travaux majeurs sur son terrain avant la conclusion des travaux de l’instance de concertation qui devraient se terminer cet automne, précise-t-on dans le communiqué transmis lundi.

Aussi, un nouveau groupe de travail sera mis en place au sein de l’instance Concertation Assomption Sud–Longue-Pointe pour réussir une cohabitation harmonieuse du projet de Ray-Mont Logistiques dans le secteur. Il regroupera des représentants du milieu, de la Ville et de l’entreprise.

Cette annonce marque un changement de ton dans les relations entre l'administration Plante et Ray-Mont Logistiques. Un litige juridique a longtemps divisé les deux parties. Mais c'est l'entreprise qui a eu gain de cause. Elle a finalement obtenu son permis de l'arrondissement le 1er avril dernier.

Un quartier en reconfiguration

Le projet de Ray-Mont Logistiques doit être réalisé dans le secteur Assomption-Sud–Longue-Pointe, un quartier industriel coincé entre les secteurs Viauville et Longue-Pointe, au nord de la rue Notre-Dame et du port de Montréal.

D'autres projets sont en cours sur les terrains avoisinants, comme la prolongation du boulevard L'Assomption et de l'avenue Souligny, de même que la construction, par l'Administration portuaire de Montréal, d'un nouveau viaduc dans le secteur du terminal Viau.

Tous ces projets inquiètent les résidents du quartier. Le mois dernier, par exemple, plusieurs centaines de citoyens ont pris d'assaut les rues de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve pour protester contre celui de Ray-Mont Logistiques.

Certains d'entre eux souhaiteraient plutôt que les terrains soient rachetés et décontaminés pour servir à l'aménagement d'un corridor écologique du nord au sud de Montréal.

Une confiance à rétablir

De nombreuses consultations ont été menées au fil des ans quant à l'avenir du secteur industriel Assomption Sud–Longue-Pointe.

Lancée en 2019 avec cinq mois de retard, celle de l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) avait notamment permis de conclure à un « bris de confiance » entre les résidents et les promoteurs.

Charles Raymond n'y avait pas participé, invoquant dans une lettre le litige qui l'opposait à l'époque à la Municipalité.

Depuis, la Ville de Montréal a adopté un plan directeur pour le secteur. Dans la foulée, le vocable « Cité de la logistique » servant à définir la vocation future du quartier a été remplacé par « Écoparc industriel de la Grande Prairie ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !