•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une subvention pour raconter l’histoire des communautés autochtones avec des archives

Une femme devant un tas de livres.

Selon la directrice générale de la SHSB, Janet La France, les archives concernant les Premières Nations sont pour le moment mélangées aux archives religieuses (archives).

Photo : Radio-Canada

Alexia Bille

La Société historique de Saint-Boniface (SHSB) reçoit une subvention de 18 000 $ de la province, dont 10 000 $ qui serviront à un projet visant à raconter l’histoire des communautés autochtones à travers son fond d’archives.

C’est la première fois qu’on mène un projet de ce genre, mais j’espère déjà en voir d'autres, confie la directrice générale de la SHSB, Janet La France, en entretien à l’émission L’Actuel.

Le projet en trois phases sera mené par les deux archivistes de la SHSB à partir du contenu des plus de 130 fonds d’archives de la Société.

On a toujours eu ce contenu autochtone, mais on a tellement d’archives que c’est dur de savoir exactement ce qu’on a, avoue Mme La France.

La première étape consistera donc en un inventaire complet de tout ce qui a trait aux communautés autochtones. La SHSB planifie ensuite de dresser une liste de contacts possibles au sein des communautés autochtones qui sont représentées dans les documents recensés.

On veut commencer un dialogue et les inviter à nous aider à contextualiser nos archives, explique la directrice générale.

On veut travailler avec les communautés autochtones pour inclure de la terminologie, des expressions et du contexte qui représente leur point de vue, et leur façon de se décrire.

Une citation de :Janet La France, directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface

Elle souhaite qu’à la fin du projet, les archives soient décrites d’une façon respectueuse de la culture autochtone.

Janet La France ajoute que ces communautés risquent d’être très intéressées par les documents de la SHSB. On a des photos qui ont plus d’une centaine d’années, mais certaines ont seulement 50 ou 40 ans donc c’est possible qu’on ait des photos des grands-parents ou de l’oncle ou la tante de quelqu’un qui ne sait pas que ces photos existent, précise Mme La France.

Elle dit vouloir identifier les personnes sur les photos par leur nom lorsque c’est possible et retrouver le lieu où elles ont été prises afin de rendre ce contenu plus facilement trouvable lors d’une recherche.

Je suis métis moi-même donc pour moi c’est une priorité de rendre ce patrimoine accessible.

Une citation de :Janet La France, directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface

L'accessibilité de ces documents est primordiale pour Janet La France. Nous sommes des archives francophones et étant donné que la majorité des Autochtones ne parle pas français, on a beaucoup de ressources ici qui sont inaccessibles. Alors pour moi c’est une priorité d’au moins leur signaler qu’on a beaucoup de choses ici, dit Mme La France.

Rebâtir le site web

Les 8000 $ restants de la subvention permettront à la SHSB de rebâtir son site Internet qui s’est effondré l’année passée en raison du trafic élevé.

On a fait un site web temporaire très très simple pour continuer d’assurer nos services pendant la pandémie. Il fonctionne bien, mais la plupart des 4000 pages d’informations qu’on avait sur notre ancien site ne sont pas incluses, confie la directrice générale.

La SHSB a mené une campagne de financement qui, associée à la subvention du gouvernement provincial, permettra de recréer une plateforme complète et intuitive pour les usagers qui souhaitent naviguer dans les archives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !