•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le major-général Dany Fortin contre-attaque

Dany Fortin.

La police militaire a indiqué avoir mené son enquête sur une allégation d'inconduite sexuelle visant le major-général Dany Fortin.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le major-général Dany Fortin conteste la décision du gouvernement fédéral de l’avoir évincé de son poste de responsable de la campagne de vaccination auprès de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Le ministère de la Défense a annoncé en mai dernier, par un bref communiqué, que le major-général Dany Fortin ne dirigerait plus la logistique de la campagne de vaccination nationale.

Le communiqué annonçait que le lieutenant-général Wayne Eyre – qui assure l'intérim en tant que chef d'état-major depuis le départ de l'amiral Art McDonald – examinerait les prochaines étapes avec le major-général Fortin.

Des sources ont par la suite indiqué à CBC que l’officier supérieur faisait l'objet d'une enquête militaire pour une allégation d'inconduite sexuelle formulée avant le début de l'opération Honour en 2015, une campagne qui visait à éliminer les comportements inappropriés dans les rangs de l’armée.

L'avocat de M. Fortin a déposé une demande de révision judiciaire de l'éviction de son client de l'ASPC. Il fait valoir que son client a été privé de l'équité procédurale et que sa mise à l’écart ignorait, selon lui, de graves conséquences sur sa vie, sa réputation et sa carrière.

Le ou les décideurs ne lui ont pas donné l'occasion de faire connaître les raisons pour lesquelles il ne devrait pas être destitué de son poste à l'ASPC et non réaffecté.

Une citation de :L'avocat du major-général Fortin

L'annulation de la décision réclamée

L'avocat du major-général a fait valoir qu'en raison du caractère déraisonnable de la décision, l'armée devrait annuler la décision et le réintégrer à son poste à l'ASPC ou lui donner un autre poste adapté à son rang.

Trois sources non autorisées à s’exprimer publiquement en raison du caractère sensible du dossier ont qualifié l'allégation contre M. Fortin de plus ancienne, sans donner plus de détails.

Une branche de la police militaire a transmis le dossier le mois dernier à un représentant de la Couronne pour décider si des accusations criminelles devaient être portées.

Depuis la fin de son détachement, le major-général Fortin est sans affectation au sein des Forces armées canadiennes et a, de facto, été relevé de ses fonctions militaires, peut-on lire dans le document déposé en cour lundi.

Le 17 mars 2021, M. Fortin a rencontré le chef d'état-major par intérim, le lieutenant-général Wayne Eyre, et a été informé qu'une enquête était menée par le Service des enquêtes des Forces canadiennes pour inconduite sexuelle, mais il n'a reçu aucune information sur l'allégation à l'époque, selon le document du tribunal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !