•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gimli va changer des noms de rues jugés offensants pour les Autochtones

Une poteau de bois est surmonté d'une plaque de rue sur laquelle est inscrite «colonizarion road arnes».

Un effort est en cours dans la municipalité de Gimli pour renommer quatre rues qui portent le nom de «colonisation».

Photo : Cody Magnusson

Radio-Canada

Un comité proposera de nouveaux noms à quatre rues afin d'aider la municipalité de Gimli, dans le sud du Manitoba, à mieux reconnaître la culture autochtone à l'avenir.

La création dudit comité fait suite à une résolution présentée la semaine dernière par le conseiller Cody Magnusson concernant les noms de rues jugés offensants.

M. Magnusson avait notamment souligné que ces quatre rues de sa ville natale contenaient le mot colonisation. Le conseiller a demandé à ce qu’elles soient renommées, mais il n'était pas le seul à vouloir un changement. Sa résolution est apparue alors que 1000 personnes ont signé une pétition pour demander à la municipalité de Gimli d'agir.

J'ai dit en gros : On n'attend plus. Nous allons mettre cela à l'ordre du jour de la prochaine réunion. Faisons-le.

Une citation de :Cody Magnusson, conseiller à la municipalité de Gimli

Au cours des dernières années, des fonctionnaires municipaux comme lui, ainsi que de simples citoyens, ont fait pression pour obtenir des changements, mais ceux-ci ont été mis en veilleuse pour une raison ou une autre, a-t-il déploré.

Cody Magnusson savait que l'administration municipale étudiait déjà la question, mais il a ajouté que la découverte, le mois dernier, des restes de 215 enfants enterrés dans l'ancien pensionnat de Kamloops, a suscité une réaction plus rapide.

La tragédie de Kamloops : un point tournant

Ça a certainement été un point décisif pour beaucoup de ces choses, non seulement dans notre municipalité, mais dans tout le pays pour vraiment faire avancer ces idées et ces actions de réconciliation, a déclaré M. Magnusson.

Le conseil de la municipalité rurale de Gimli a voté mercredi pour la création d'un comité de réconciliation, composé d'un mélange de voix autochtones et non autochtones, afin d'explorer les moyens de faire avancer les demandes de la Commission de vérité et de réconciliation.

La première tâche du comité est de proposer de nouveaux noms pour la route nord de la Colonisation, la route sud de la Colonisation, Colonisation cul-de-sac et la route de la Colonisation Arnes.

Les nouveaux noms devront rendre hommage à l'histoire autochtone locale ainsi qu'à la culture et à l'esprit de réconciliation. Ils seront ensuite présentés au conseil municipal afin d’être approuvés. Le comité continuera par la suite de conseiller la municipalité sur les questions de réconciliation.

Le mot de trop

Cameron Adams, un membre de la Première Nation de Berens River, située dans le nord du Manitoba, a vécu à Gimli la majeure partie de sa vie. M. Adams a déclaré que les peuples autochtones ont vu leurs cultures opprimées par le processus de colonisation. Il a ajouté que le mot est très profond et qu'il ne devrait pas être célébré.

Nous pourrions avoir n'importe quel autre nom au monde, alors pourquoi honorerions-nous la colonisation ? a demandé Cameron Adams.

Ces derniers jours, l'étudiant universitaire en éducation, à qui on a demandé de siéger au comité, s'est entretenu avec un aîné autochtone qui a suggéré de célébrer l'héritage de John Ramsay.

On dit de ce chasseur et pêcheur autochtone qu'il a contribué à sauver des dizaines de personnes de la mort au cours des premiers hivers des colons islandais, à leur arrivée sur le territoire de Gimli dans les années 1870. M. Ramsay leur a notamment enseigné comment chasser et pêcher, fournissant même à certains de la viande d'orignal et du poisson.

Il s'agit d'une histoire de notre passé, mais aussi d'un lien entre les nouveaux arrivants et les peuples autochtones, a souligné M. Adams. John Ramsay était très respecté et continue de l'être. C'est bien mieux que la colonisation.

Malgré certains détracteurs qui remettent en question l'objectif du changement de nom, Cody Magnusson a déclaré qu'il est fier que la grande majorité des résidents de Gimli voient l'importance de renommer ces quatre rues.

Avec les informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !