•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : retour à la quasi normale à l’École Aqsarniit d’Iqaluit

La façade extérieure de l'École Aqsarniit.

Samedi, les autorités sanitaires ont signalé que deux élèves de l'École Aqsarniit étaient infectés au SRAS-CoV-2.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Radio-Canada

Les élèves de la cohorte B de l'École intermédiaire Asqsarniit d'Iqaluit peuvent reprendre les classes, à déclaré le médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest, Micheal Patterson en début d'après-midi lundi. La recherche de contacts et les tests de dépistages subis par les personnes qui ont été exposées aux deux élèves infectés n'ont révélé aucun autre cas d'infection, ajoute-t-il.

En début de journée lundi, le médecin hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson, a indiqué en point de presse que les personnes qui avaient été en contact avec les deux élèves infectés devraient subir un test de dépistage au courant de la journée.

Samedi, le gouvernement territorial a annoncé trois nouvelles infections au virus qui cause la COVID-19. Parmi ces trois personnes se trouvent deux élèves de l’École Aqsarniit (cohorte B), qui étaient présents à l'école le lundi 7 juin et le mercredi 9 juin.

Selon le Dr Patterson, ils sont asymptomatiques et ont contracté le virus à la maison plutôt qu’à l’école. Ces cas découlent des nouvelles infections détectées la semaine dernière.

Les autorités devront attendre d’ici la fin de la semaine pour savoir si ces enfants sont atteints d'un des variants du virus.

À Iqaluit, les élèves suivent un enseignement hybride, soit trois jours d’apprentissage en classe et deux jours à la maison.

Malgré les cas positifs, lundi l’école était ouverte pour les élèves, à l’exception de ceux issus de la cohorte B. La cohorte présente aujourd’hui n’est pas en contact avec celle qui est touchée, alors il n’est pas nécessaire de nuire à leur apprentissage puisque le risque [de transmission] est faible, a assuré le médecin hygiéniste en chef.

Jusqu’à présent, les autorités affirment qu’elles ont été en mesure d’établir des liens entre toutes les personnes infectées. Il est donc inapproprié de parler d’éclosion, disent-elles.

Il y a actuellement neuf cas actifs de COVID-19 à Iqaluit.

Vendredi, la santé publique a diffusé deux avis d’exposition à Iqaluit. Elles demandent aux personnes qui sont allées au Foyer d’accueil Tammattaavik d’Iqaluit du 4 au 8 juin, et aux urgences de l’Hôpital général de Qikiqtani entre le 7 juin à 20 h et le 9 juin à 21 h, de surveiller leur état de santé. Pour l’instant, aucun nouveau cas lié à ces deux emplacements n’a été recensé.

La vaccination des jeunes de 12 à 17 ans doit commencer le 15 juin partout au territoire avec le vaccin Pfizer-BioNTech. La campagne doit durer quatre semaines.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !