•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en photos sur l'émeute qui a secoué Vancouver en 2011

Un agent de la brigade anti-émeute regarde deux voitures de police brûler lors des émeutes au centre-ville de Vancouver, le mercredi 15 juin 2011, à la suite de la défaite 4-0 des Canucks de Vancouver contre les Bruins de Boston lors du septième match de la finale de hockey de la Coupe Stanley.

Un agent de la brigade antiémeute regarde deux voitures de police brûler à Vancouver, le 15 juin 2011.

Photo : The Canadian Press / RYAN REMIORZ

Alexandre Lamic

Il y a exactement 10 ans, Vancouver a vécu une des pires émeutes de son histoire. Un mouvement de foule brutal et incontrôlable qui est venu ternir l’image lisse qu’avait la ville jusqu'à cette soirée du 15 juin 2011.

De nombreux amateurs de hockey n’ont simplement pas su accepter la défaite cinglante 4-0 des Canucks de Vancouver contre les Bruins de Boston lors du septième match de la finale de la Coupe Stanley.

Une voiture de police brûle lors des émeutes au centre-ville de Vancouver, le mercredi 15 juin 2011, à la suite de la défaite des Canucks de Vancouver lors du septième match de la finale de la Coupe Stanley.

Une voiture de police brûle lors de l'émeute au centre-ville de Vancouver.

Photo : The Canadian Press / GEOFF HOWE

Environ 150 000 personnes avaient envahi les rues. Parmi elles, plus de 1000 personnes ont causé des dégâts évalués à 3,78 millions de dollars, selon un rapport des Services des poursuites de la Colombie-Britannique.

Une foule de partisans des Canucks de Vancouver regardent une voiture brûler lors des émeutes au centre-ville de Vancouver.

Une foule regarde une voiture brûler au centre-ville de Vancouver.

Photo : The Canadian Press / GEOFF HOWE

À un moment donné, nous ne pouvions plus faire grand-chose parce que nous n’avions pas la force du nombre. La foule était d’environ 150 000 personnes. Nous avions peut-être 800 ou 900 agents.

Une citation de :Jim Chu, chef de la police de Vancouver de 2007 à 2015
Des émeutiers brisent les portes d'un grand magasin Sears sur la rue Granville pendant les émeutes du 15 juin 2011.

Des émeutiers brisent les portes d'un grand magasin sur la rue Granville.

Photo : The Canadian Press / GEOFF HOWE

Une autre émeute avait éclaté à Vancouver en 1994, également après une finale de Coupe Stanley. À l'époque, les Canucks perdaient contre les Rangers de New York. Les dégâts étaient alors évalués à 1 million de dollars.

Des policiers sont à cheval sur la rue Georgia lors des émeutes. des voitures sont en train de brûler derrière eux.

Des policiers à cheval sur la rue Seymour tentent de ramener le calme.

Photo : The Canadian Press / RYAN REMIORZ

Lors de l'émeute de 2011, 15 voitures ont été brûlées, dont 2 qui appartenaient à la police. Un grand nombre de vitrines ont été brisées, et des magasins, pillés. Environ 400 incendies ont été déclenchés, et une centaine d'émeutiers ont été arrêtés au cours de la soirée.

Une foule est rassemblée rue Georgia de Vancouver durant les émeutes de 2011, plusieurs voitures sont en train de brûler.

Une foule est rassemblée rue Georgia devant une voiture en feu.

Photo : The Canadian Press / RYAN REMIORZ

De nombreuses photos ont fait le tour de monde, notamment celle d’un couple allongé sur le sol en plein milieu de la rue. L'homme s'inquiétait de l'état de sa petite amie, qui était tombée quelques instants plus tôt. Au moment où la photo a été prise, il tentait de la rassurer par un baiser.

Un couple s'embrasse sur le sol en pleine émeute

Un homme rassure sa petite amie par un baiser lors de l'émeute.

Photo : Getty Images / Rich Lam

Après l'émeute, une des plus grandes enquêtes policières a commencé pour retrouver les responsables des actes de vandalisme et de pillage. Une équipe intégrée de la police a travaillé avec la Gendarmerie royale du Canada. Elle a demandé à la population de lui envoyer les photos et les vidéos prises durant la soirée. Deux ans plus tard, la police disait que 268 suspects avaient été retrouvés et que 814 accusations avaient été déposées.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, ramasse du verre brisé après qu'un jeune bénévole l'a approchée et lui a demandé d'aider à l'extérieur du magasin endommagé de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Vancouver.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, ramasse du verre brisé devant un magasin endommagé.

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

Dès le lendemain, de nombreux Vancouvérois étaient dans les rues pour aider à nettoyer la ville. Des plaques de contreplaqué recouvraient les vitrines cassées, certains écrivaient des messages en hommage à la ville de Vancouver. Le maire, Gregor Robertson, a condamné les violences.

Le maire de Vancouver, Gregor Robertson, écrit un message sur du contreplaqué couvrant les fenêtres d’un magasin endommagé après les émeutes de 2011.

Le maire de Vancouver, Gregor Robertson, écrit un message sur du contreplaqué couvrant les fenêtres d’un magasin après l'émeute de 2011.

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

C’est absolument disgracieux et honteux. Ce n’est aucunement représentatif de la ville de Vancouver (...) Ce qui est arrivé ce soir est méprisable.

Une citation de :Gregor Robertson, maire de Vancouver de 2008 à 2018
Suite aux émeutes de 2011, des gens écrivent des messages sur du contreplaqué couvrant les fenêtres du magasin endommagé de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Vancouver.

Des messages de soutien sont écrits sur du contreplaqué de la Compagnie de la Baie d'Hudson.

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !