•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau toit pour les personnes en situation d'itinérance à Gatineau

Les pieds d'une personne allongée par terre, dehors.

Le Motel Montcalm, situé boulevard Gréber, pourra accueillir jusqu’à 67 personnes sans adresse fixe. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Le Motel Montcalm, situé boulevard Gréber, pourra accueillir jusqu’à 67 personnes sans adresse fixe.

C’est le Gîte Ami qui sera responsable de ce nouveau service destiné à des gens qui sont prêts à se reprendre en main. Des services leur seront offerts sur place pour les soutenir dans leurs démarches, afin de les aider à réintégrer la société.

La création de ces logements de transition est une décision dans laquelle sont impliqués plusieurs partenaires, dont le gouvernement du Québec, la Ville de Gatineau, le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de l’Outaouais et le Gîte Ami.

On avait des refuges d’urgence et des logements permanents. Rien entre les deux. Et c’est dans ça qu’on travaille.

Une citation de :Stéphane Lance, directeur général adjoint au CISSS de l’Outaouais

Dossier complexe

La Ville de Gatineau est d’ailleurs claire : elle ne veut pas construire des refuges d’urgence additionnels. Elle veut miser sur les lieux d'hébergement de transition, et consolider des ressources qui offrent des solutions permanentes à l’itinérance.

Le maire de Gatineau est visiblement soulagé et satisfait de la création de cette nouvelle ressource d’hébergement. Maxime Pedneaud-Jobin ajoute que c’est d’ailleurs l’un des dossiers les plus complexes à traiter, à cause de la clientèle et de l’ensemble des partenaires.

On est en train de faire bouger la totalité de l’offre. Ça vient de la volonté du gouvernement d’apporter des solutions permanentes.

Une citation de :Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Les locataires pourront emménager à compter du 1er juillet. Ils auront accès à des chambres simples ou doubles, à une buanderie et une cuisine. Des sections seront aménagées pour les hommes, les femmes et les transgenres.

C’est une excellente nouvelle, selon Lise Paradis.

Voici une décision qui tient compte du fait que les personnes en situation d’itinérance sont des citoyens à part entière.

Le plus gros du travail que nous avons à faire avec les personnes en situation d’itinérance, c’est de les aider à se reconstruire. Le fait de créer un milieu de vie dans un motel va nous permettre de partir quelques marches plus haut vers un cheminement, vers la réintégration sociale.

Une citation de :Lise Paradis, directrice générale du Gîte Ami
Lise Paradis en entrevue devant un immeuble ceinturée de cordons de sécurité en hiver.

Lise Paradis, directrice générale du Gîte Ami. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Cette clientèle fragile est, depuis plus d’un an, hébergée à l’aréna Robert-Guertin, dans le secteur de Hull.

Toutefois, cette situation temporaire ne pouvait perdurer. Les problèmes étaient nombreux, et les conditions de vie au sein de ce site d’appoint avaient fait l’objet de vives critiques dans un rapport du Collectif régional de lutte à l’itinérance de l’Outaouais (CRIO), mandaté par la Soupe populaire de Hull.

Ce rapport avait d’ailleurs conduit au déploiement des équipes de la Croix-Rouge, en mars dernier.

Acceptabilité sociale : on fait mieux les choses cette fois-ci

Le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de l’Outaouais est convaincu que le voisinage du Motel Montcalm est prêt à accepter la présence de cette clientèle fragile. Des démarches, entreprises l'année dernière, pour déménager le centre d’hébergement d’urgence dans un bâtiment de la rue Marengère avaient soulevé beaucoup d’inquiétude chez les résidents de Pointe-Gatineau.

Cette fois-ci, la situation est différente, affirme Stéphane Lance, directeur général adjoint au CISSS de l’Outaouais et responsable des programmes sociaux. L’organisme a tiré des leçons depuis un an. Le nouveau centre d’hébergement est situé sur une artère commerciale et non résidentielle.

Il ajoute que la communication est aussi meilleure. Le CISSS a rencontré les associations de quartier pour leur expliquer le projet, et le premier accueil est favorable.

Il ajoute que des mesures de mitigation seront en place pour veiller à ce que le déménagement soit bien vécu par tous.

Les premiers mois du déménagement, on va être double staffé. Il va y avoir les équipes du Gîte Ami et les équipes du CISSS pour s’assurer que l’intégration se vive bien. Et aussi, on est avec une clientèle qui veut cheminer, et qui est prête à se prendre en main.

Une citation de :Stéphane Lance, directeur général adjoint au CISSS de l’Outaouais

Stéphane Lance conclut que ce nouvel hébergement sera essentiel pour les sans-abri. C’est ça, la clé. C’est d’avoir un toit. Une fois qu’on a un toit, on est capable de cheminer vers autre chose.

Les personnes en situation d’itinérance vont se voir offrir sur place, au motel, les services et le soutien nécessaires. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) assurera aussi une présence plus régulière, et prônera une approche de réduction des méfaits.

Projet prometteur

L’ensemble du projet coûtera de 3 à 5 millions de dollars, selon le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe. La facture pour la location d’une partie des chambres du Motel Montcalm pendant un an s’élèvera, à elle seule, à 800 000 $. Et c’est prometteur, selon le CISSS de l’Outaouais.

En effet, depuis septembre 2020, les partenaires louent 17 chambres au Motel Montclair pour y loger des personnes sans toit qui veulent s’en sortir. Au total, 47 personnes y ont séjourné, et ont trouvé, depuis, un logement permanent.

Le CISSS de l’Outaouais est confiant, les services de proximité offerts à cette clientèle, dans le quartier, devraient contribuer au succès de la démarche.

Tous les partenaires s’accordent pour dire qu’il s’agit d’une nouvelle qui tombe pile. Mais les besoins demeurent importants. Lise Paradis estime qu’il y a entre 500 et 600 personnes itinérantes ou à risque d’itinérance à Gatineau, dont de plus en plus de jeunes et de personnes âgées. Elle craint de plus une aggravation du problème d’itinérance après le 1er juillet.

Le CRIO reste préoccupé

Dans un communiqué diffusé en après-midi, lundi, le Collectif régional de lutte à l’itinérance (CRIO) dit accueillir favorablement cette annonce, mais avoir certaines réserves.

Premièrement, il faudra nécessairement une bonification de l'offre de services dans ce secteur afin de desservir la population qui déménage et des démarches sont en cours. [...] De plus, nous ne pensons pas que ce nouveau secteur convienne à toutes les personnes hébergées à l'aréna Robert Guertin, et que certaines d'entre elles demeurent dans le Vieux Hull. Cela risque d'augmenter le nombre de personnes à la halte et le nombre de campeurs, explique Mélissa Roy, coordonnatrice du CRIO.

L'organisme déplore également que la rapidité avec laquelle la décision et l'exécution s'opèrent crée d’importants enjeux pour les travailleuses et travailleurs du site d'hébergement d'urgence actuel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !