•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surpopulation de cerfs de Virginie : des chasseurs en renfort aux producteurs agricoles

Deux chasseurs guettent l'horizon dans une clairière.

Des chasseurs viennent en aide aux agriculteurs pour diminuer la population de cerfs, qui font des ravages dans les récoltes.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Les chasseurs et les producteurs agricoles unissent leurs forces pour atténuer les problèmes de surpopulation de cerfs de Virginie en Estrie. Pour une deuxième année, les chasseurs auront accès aux terres de certains agriculteurs pour y chasser les cerfs sans bois.

Dans notre région, on est connu pour avoir de grandes populations de cerfs de Virginie, explique Guillaume Dame, responsable de la faune pour l'Union des producteurs agricoles (UPA) de l'Estrie. Dans certaines zones, il y a certaines populations qui font une grosse pression sur la production végétale, autant du côté végétal que dans la forêt.

Guillaume Dame affirme qu'une chasse intensive est nécessaire sur certaines terres agricoles.

La problématique est dans toutes les régions, dans toutes les MRC.

Une citation de :Guillaume Dame, responsable de la faune pour l'Union des producteurs agricoles de l'Estrie

De plus, il rappelle qu'une surpopulation augmente les risques sur la route, puisqu'il y a énormément d'accidents de voiture causés par des cerfs dans la région. Ce sont quand même des millions de dollars dépensés en réparation de voiture, et ça peut aussi mener à des accidents mortels.

Un projet de trois ans

Ce projet de trois ans, initiative de l'UPA et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, a également été conçu en partie avec la Ville de Sherbrooke, qui a soulevé ce problème lors de la mise sur pied de son projet de gestion de la zone agricole. Un coordonnateur a d'ailleurs été embauché pour s'occuper de gérer les chasseurs et préparer les sites, ce que les producteurs n'ont pas nécessairement le temps de [faire].

Ce n'est pas ce nouveau plan de gestion qui amène ce projet-là, mais peut-être que, dans l'avenir, ce projet-là sera reconnu dans le plan de gestion, souligne Guillaume Dame, qui croit que ce projet pourrait prendre de l'ampleur à long terme.

Un tirage au sort sera fait du 1er au 20 juin pour déterminer quels chasseurs auront accès aux terres. L'année dernière, 90 % des chasseurs provenaient de l'extérieur de l'Estrie, affirme Guillaume Dame, ce qui stimule l'économie locale.

Cela donne une activité à des chasseurs qui disent qu'ils n'ont pas accès aux terres privées. Ça donne un accès à la terre.

Une citation de :Guillaume Dame, responsable de la faune pour l'Union des producteurs agricoles de l'Estrie

D'autres outils seront nécessaires

Guillaume Dame soutient que la chasse joue un rôle primordial dans le contrôle des cerfs de Virginie, mais que ce ne sera pas suffisant comme solution à long terme. Il rappelle que les derniers hivers ont été particulièrement doux, ce qui favorise la croissance d'une population.

On sait très bien que pour le contrôle des cervidés, ce qui contrôle la densité, ce sont les hivers rigoureux. Mais avec les changements climatiques, il faut qu'on s'en habitue.

Où il y a des problématiques de surpopulation, c'est où il y a un grand garde-manger, comme un buffet à volonté. Même si on fait une pression de chasse la première année, l'année suivante, la densité sera à peine moins élevée. C'est un travail de plusieurs années.

Une citation de :Guillaume Dame, responsable de la faune pour l'Union des producteurs agricoles de l'Estrie

M. Dame admet toutefois que d'autres méthodes seront nécessaires dans le futur, comme les chasseurs sont de moins en moins nombreux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !