•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de Linda O'Leary : un témoin raconte la collision mortelle entre les deux bateaux

Kevin O'Leary et Linda O'Leary posant l'un à côté de l'autre pour une photo.

Kevin O'Leary en compagnie de son épouse, Linda O'Leary

Photo : Reuters / Danny Moloshok

Jean-Philippe Nadeau

L'épouse du célèbre homme d'affaires Kevin O'Leary a plaidé non coupable lundi devant un tribunal ontarien d'accusations en vertu de la Loi sur la marine marchande du Canada à la suite d'un accident de bateau mortel en août 2019 dans les Muskoka.

Un bateau conduit par Linda O'Leary a percuté une autre embarcation dans laquelle deux passagers ont été tués, sur le lac Joseph.

La Couronne et la défense s'entendent pour dire que la collision a eu lieu à 23 h 30 le soir du 24 août 2019 et que deux appels au 911 ont été faits, à 23 h 40, puis à nouveau à 23 h 50.

Les deux parties ne s'entendent pas toutefois sur le fait que les lumières de l'autre embarcation, celle du Dr Irv Edwards, étaient allumées avant, durant et après la collision. Ce sera d'ailleurs le véritable enjeu du procès.

Le Dr Edwards est le premier témoin à charge à prendre la parole dans ce procès.

Il est urgentologue en Californie et possède depuis une douzaine d'années une résidence secondaire dans les Muskoka, où il passe généralement ses étés.

Il a expliqué à la barre lundi qu'il avait trois embarcations et trois motomarines. L'embarcation accidentée est un bateau à moteur Super Air Nautique de 7 mètres de longueur et d'une capacité de 16 passagers. C'est un bateau de taille moyenne, affirme-t-il.

Le Dr Edwards assure que tout était en règle et que son bateau venait de passer l'inspection à la marina locale, en particulier pour ce qui est des lumières de navigation et des composants électriques.

La marina de Hamer Bay.

La marina de Hamer Bay, qui se connecte au lac Joseph, où deux bateaux sont entrés en collision vers 23 h 30 le 24 août 2019.

Photo : Radio-Canada / CBC / Robert Krbavac

Il explique qu'il avait invité ses voisins et un groupe de leurs amis de Buffalo à souper chez lui le soir de l'accident.

Je ne connaissais pas très bien le groupe d'Américains de l'État de New York, mais le Dr Richard Ruh et sa femme sont des amis de longue date, souligne-t-il. Sa cousine était aussi du nombre des invités.

Le Dr Edwards affirme qu'il n'a pris qu'un verre de vin à table et que le Dr Ruh n'a pas bu. Il ne boit plus depuis longtemps, tout le monde avait pris seulement un verre. Nous avons chanté durant une heure après le repas avant d'aller voir les étoiles sur le lac vers 22 h 30, explique-t-il.

Il raconte qu'il a conduit le bateau avec 14 passagers à bord pour se rendre à un endroit ouvert sur le lac pour admirer les étoiles.

C'était une nuit sans lune, sans vent, l'eau était calme, il faisait très noir, se souvient-il. J'étais très prudent, je conduisais à 3 ou 5 miles par heure, parce que la visibilité était nulle, ajoute-t-il.

Changement de conducteurs

Le Dr Edwards admet avoir passé le volant au Dr Ruh avant la collision pour aller rejoindre les autres passagers et admirer le ciel étoilé. Nous plaisantions et tout allait bien, poursuit-il.

Il affirme que le Dr Ruh conduisait à peine plus vite que lui, à 6 miles/h, et qu'il ne produisait aucune vague avant d'immobiliser le bateau. À l'arrêt, nous n'avons que très peu dérivé, 20 mètres tout au plus, parce qu'il n'y avait ni vent ni vague, dit-il.

Le Dr Edwards dit que ses lumières à tribord et bâbord étaient allumées lorsqu'il était au volant, mais il ne se souvient plus si le Dr Ruh les a éteintes au moment de prendre sa place et d'immobiliser l'embarcation. Je me concentrais sur les satellites, les étoiles filantes et les constellations que nous tentions d'identifier, dit-il.

Il précise qu'il a alors entendu le bruit assourdissant des moteurs d'un bateau qui approchait, 20 secondes environ avant la collision.

Je n'y ai pas prêté attention, parce que je pensais que [l'autre bateau] allait nous contourner, mais il filait à toute allure.

Une citation de :Herb Edwards, témoin

Il s'est alors produit un grand bang, lorsque le bateau nous a éperonnés à l'avant, où Gary et Suzana étaient assis, poursuit-il.

Paula et Suzana Brito sur un égoportrait.

Paula Brito, à gauche, et sa sœur, Suzana, à droite, qui est morte dans l'accident de bateau.

Photo : Photo soumise par Paula Brito

Le Dr Edwards décrit la scène comme celle d'une publicité télévisée sur les dangers de ne pas s'attacher en voiture avec des mannequins qui percutent le pare-brise.

Comme vous le savez, nous étions à l'arrêt et nous n'avions pas de ceinturon de sécurité, dit-il.

Il affirme qu'il n'a pas été blessé ni perdu conscience, ce qui lui a permis de porter secours immédiatement aux deux blessés. Gary avait le cou déformé, une partie de son crâne était ouverte et saignait, il était inconscient. Suzanna était elle aussi inerte, avec un peu de sang qui coulait de son nez et de sa bouche, se souvient-il.

Appel à l'aide et premiers soins

Le Dr Edwards ajoute que les autres passagers et lui ont utilisé la lampe de poche de leurs téléphones cellulaires pour voir ce qui se passait. J'ai entendu une femme crier : "Oh mon dieu, nous les avons heurtés", et un homme hurler si nous étions sains et saufs, dit-il. On comprend qu'il s'agit de deux des occupants de l'autre embarcation.

En se reprenant, le Dr Edwards précise qu'il est possible que la femme ait aussi crié que c'est son bateau qui avait été frappé en premier. Je ne m'en souviens plus, c'était la panique à bord, nous étions très anxieux, ajoute-t-il.

Il avait plus tôt expliqué qu'il connaissait un peu les O'Leary pour les avoir rencontrés quelques fois sur le quai de la marina locale.

Le lac Rosseau, dans la région de Muskoka.

Les Muskoka, en Ontario, sont la région de villégiature la plus prisée dans la province.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Edwards explique qu'il a dit aux deux occupants qu'il y avait plusieurs blessés à son bord et qu'il comptait reprendre le volant pour atteindre le rivage et faire désembarquer ses passagers en attendant les secours.

Il ajoute qu'il a engagé les moteurs, mais qu'une passagère lui a offert de conduire jusqu'à la terre ferme à sa place pour qu'il s'occupe des blessés.

J'étais heureux que mon bateau n'ait pas coulé après la collision, mais les dommages matériels n'étaient pas ma priorité, déclare-t-il.

Le Dr Edwards dit que les ambulanciers sont arrivés sur les bords du lac et qu'ils ont tenté de réanimer le passager qui était dans le pire état lorsqu'il a cessé d'afficher des signes vitaux. Gary est mort vers 0 h 30 du matin malgré les efforts des secours, dit-il.

Gary Poltash, 64 ans, originaire de Floride, est mort sur place, tandis que Suzana Brito, 48 ans, d'Uxbridge, a succombé à ses blessures quelques jours plus tard à l'hôpital.

Vif contre-interrogatoire

L'avocat de Linda O'Leary, Brian Greenspan, affirme que les lumières de l'autre embarcation étaient éteintes avant la collision et que la caméra de surveillance à la résidence des O'Leary, en bordure du même lac, a capté, vers 23 h 30, les images d'un plan d'eau complètement noir, là même où se trouvait le bateau des victimes.

Le début du contre-interrogatoire du Dr Edwards a d'ailleurs donné lieu à de vifs échanges à ce sujet. Me Greenspan a qualifié le Dr Edwards de menteur, ce qui a provoqué une vive réaction de sa part.

Me Greenspan lui a présenté deux vidéos de la caméra de surveillance de la résidence des O'Leary. Les images sont très mauvaises, mais on y voit des lumières de bateau avant la collision sur l'eau, puis aucun signal. On y voit à nouveau des lumières lors de la collision et après l'accident.

Le Dr Edwards doute toutefois qu'il s'agisse de son bateau et pense que c'est bien celui des O'Leary. Il a en outre répété qu'il ne se souvenait plus si le Dr Ruh avait éteint les lumières de navigation au moment où il a immobilisé son bateau au milieu du lac.

Le contre-interrogatoire se poursuit demain matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !