•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Panne sèche d'eau potable à Saint-Antoine-de-Tilly

La réserve d'eau potable de la municipalité était complètement vide, dimanche soir, un niveau « jamais atteint » depuis plusieurs années.

Un robinet avec une goutte d'eau qui tombe.

La Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly a dû demander à ses citoyens de fermer leurs entrées d'eau potable.

Photo :  Radio-Canada / Radio-Canada

Le printemps hâtif, la canicule de la semaine dernière et une trop grande sollicitation du réseau d'eau potable de la municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly ont mené les réserves à un seuil critique, dimanche, forçant la Ville à demander une pause complète à la population.

La situation des derniers mois et un hiver avec peu de neige n'aident en rien notre situation qui est déjà problématique, a écrit le maire Christian Richard dans un avis public transmis aux résidents de sa municipalité, dimanche soir.

Depuis [dimanche] 18 h approximativement, la réserve d'eau a atteint un niveau extrême bas jamais atteint depuis plusieurs années. Nous nous retrouvons dans une situation où la réserve est présentement sans eau, et ce, même si, au cours des derniers jours, nous avons effectué plusieurs livraisons par camion-citerne, a-t-il expliqué.

Dans sa missive, le maire de cette municipalité de Lotbinière a carrément demandé aux propriétaires de fermer leur entrée d'eau principale afin d'éviter d'endommager la tuyauterie, notamment en raison de la présence d'air circulant dans la plomberie durant cette panne sèche. Personne n'aime cette situation et le stress qui s'y rattache, a-t-il ajouté.

Restrictions

Joint lundi, le maire Richard a fait savoir que la réserve s'était en partie rétablie au cours de la nuit avec l'arrêt quasi complet de la sollicitation ces dernières heures. Mais rien pour lever les importantes restrictions d'utilisation d'eau potable en vigueur à Saint-Antoine-de-Tilly depuis déjà quelques jours.

L'arrosage des pelouses ou des plates-bandes, le lavage des automobiles et le remplissage des piscines demeurent interdits jusqu'à nouvel ordre.

M. Richard espère que la situation actuelle va convaincre les citoyens plus récalcitrants de respecter les consignes en vigueur, ne serait-ce que par solidarité. Ce n'est pas des blagues. Quand on fait des avis de ne pas utiliser l'eau à des fins non essentielles [...], ça a un impact.

Le maire Richard ajoute qu'un bris au réseau est également survenu au cours de la fin de semaine, ce qui a accentué les problèmes d'approvisionnement.

Deux travailleurs s'affairent à transférer l'eau d'un camion-citerne.

La municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly, dans Lotbinière, « importe » 136 000 litres d'eau potable par jour.

Photo : Radio-Canada

Un problème à régler

Le maire évoquait dans son message que la municipalité vivait déjà un problème d'approvisionnement en eau potable depuis plusieurs années. Les deux puits actuels, selon M. Richard, ont atteint leur pleine capacité.

L'été dernier, la Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly avait signé une entente avec la Ville de Québec afin d'importer quelque 136 000 litres d'eau potable par jour.

La Ville travaille depuis 2005 pour créer une seconde source d'approvisionnement. Cette dernière a été localisée en 2014. Le tracé visant la connexion au réseau municipal a déjà établi. Selon M. Richard, il reste à ficeler des ententes avec les propriétaires de terrains qui subiront les travaux.

En parallèle, Saint-Antoine-de-Tilly travaille avec le ministère des Affaires municipales, le ministère de l'Environnement et le ministère de la Sécurité publique afin d'obtenir les autorisations et les subventions nécessaires à la réalisation du projet.

Christian Richard ne voit pas un dénouement avant encore des mois, puisqu'il faudra notamment aller en appel d'offres pour la réalisation de l'usine de traitement des eaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !