•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination sans rendez-vous à Rimouski victime de son succès

Une clinique de vaccination contre la COVID-19 à Rimouski.

Les 600 doses de vaccin anti-COVID se sont envolées rapidement lors de la clinique sans rendez-vous organisée lundi matin à Rimouski. (archives)

Photo : Radio-Canada

Les 600 doses de vaccin allouées à la clinique de vaccination sans rendez-vous organisée lundi matin à Rimouski se sont envolées très rapidement. À 9 h, tout était terminé, selon le porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent.

Des 600 doses offertes lundi matin, 450 étaient des doses de AstraZeneca et 150 de Pfizer.

On offre ce qu'on a, indique le porte-parole du CISSS, Gilles Turmel, au sujet du nombre de doses offertes sans rendez-vous lundi.

Il qualifie d'ailleurs de fulgurante la réponse du public à cette clinique de vaccination. Des personnes étaient déjà en file pour recevoir une dose de vaccin vers 7h lundi matin.

L'objectif, au final, c'est que le plus de personnes possible aient reçu leurs deux doses avant la fin du mois d'août.

Une citation de :Gilles Turmel, porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Il rappelle qu'il est possible pour les personnes de 55 ans et plus de devancer leur rendez-vous via le site web Clic santé (Nouvelle fenêtre) et que le délai de huit semaines entre les deux doses de vaccin doit être respecté en tout temps.

Des citoyens repartent bredouilles

Gilles Turmel ajoute que certaines des nombreuses personnes qui se sont rendues à la clinique de vaccination n'ont finalement pas pu recevoir une dose de vaccin. Il ajoute que le CISSS a pris les coordonnées des citoyens qui souhaitaient avoir de l'aide pour devancer le rendez-vous de leur deuxième dose de vaccin.

Selon une personne qui s'est rendue sur les lieux pour recevoir une dose de vaccin d'AstraZeneca, Marc Bergeron, la remise de coupons aurait pu être mieux prévue.

Ce n'était pas très bien organisé, souligne-t-il. Il explique qu'il s'est rendu sur les lieux de la clinique de vaccination un peu avant 8 h et que personne n'indiquait qu'il fallait se procurer un coupon pour recevoir une dose de vaccin.

De plus, M. Bergeron soutient que personne n'a averti les gens en ligne que tous les coupons avaient déjà été remis avant son arrivée.

Il ajoute que personne ne lui a demandé s'il souhaitait laisser ses coordonnées.

Marc Bergeron se réjouit toutefois de voir que les citoyens se présentent en si grand nombre pour recevoir une deuxième dose de vaccin.

Malgré son expérience peu concluante, il compte se présenter à l'une des autres cliniques de vaccination sans rendez-vous prévues cette semaine dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !