•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation devant une école de l’Î.-P.-É. après des plaintes d’homophobie

Plusieurs manifestants portent le drapeau de la Fierté, l'arc-en-ciel au bord de la route.

La manifestation s'est déroulé entre 7 heures et 9 heures, ce lundi.

Photo :  (Steve Bruce/CBC)

Une centaine de manifestants se sont rassemblés, lundi matin, devant l’école East Wiltshire afin de soutenir les élèves qui ont été la cible d’actes d’homophobie dans cette école de l’Île-du-Prince-Édouard.

L'établissement scolaire est située à Cornwall, une ville voisine de la capitale Charlottetown.

Au bord de la route, les participants portaient des drapeaux de la Fierté alors que les conducteurs klaxonnaient en manifestant leur appui.

Des membres de la communauté scolaire, notamment des parents et des élèves, ainsi que des membres de la classe politique y étaient présents.

Je me suis dit que ces enfants devaient savoir que quelqu’un pouvait les soutenir et les défendre, et je me suis dit que j’allais simplement aller à l’école et brandir mon drapeau.

Une citation de :Grace Kimpinski, organisatrice de la manifestation

L’organisatrice de la manifestation, Grace Kimpinski, a déclaré qu’elle était très bouleversée lorsqu’elle a entendu les rapports sur les incidents survenus à l’école.

Grace Kimpinski tient le drapeau de la fierté.

Grace Kimpinski était l'organisatrice de la manifestation.

Photo :  (Steve Bruce/CBC)

Des actes d'intimidation

Jeudi dernier, certains élèves auraient intimidé leurs camarades de classe qui participaient aux événements de la journée de la Fierté organisés par l’école.

À l'occasion, les membres de la communauté scolaire ont été invités à porter les couleurs de l’arc-en-ciel.

Certains élèves se seraient néanmoins habillés en noir afin de montrer leur désapprobation et auraient lancé des propos offensifs contre les participants.

Les parents des élèves ciblés par les actes d’intimidation ont dénoncé l'incident sur les réseaux sociaux et dans des lettres envoyées à la direction du réseau scolaire.

Je sais que la confiance des enfants est tellement fragile et je voulais leur montrer mon soutien et mon amour, explique Ash Arsenault, l’un des participants de la manifestation.

Norbert Carpenter en conférence de presse.

Norbert Carpenter est le directeur de la Direction des écoles publiques de langue anglaise de l'Île-du-Prince-Édouard. (ARCHIVES)

Photo : Radio-Canada

La réponse du réseau anglophone

Selon Norbert Carpenter, le directeur du Public School Branch, l’incident fait l’objet d’une enquête.

Il ajoute que les élèves qui auraient commis ces actes d'homophobie seront traités de manière appropriée.

Néanmoins, la PSB n’a pas précisé quel type de sanction sera donnée à ces élèves.

Norbert Carpenter a aussi souligné la responsabilité du personnel de l’école dans cette affaire.

Certains parents affirment que les membres du personnel étaient au courant des actes d’intimidation, mais qu’ils n’ont pas agi pour les contrer.

Une alerte pour le réseau francophone

François Rouleau, directeur de la Commission scolaire de langue française de l’île, a qualifié l’incident d’inacceptable.

François Rouleau en entrevue par webcam.

François Rouleau, directeur général de la Commission scolaire de langue française (CSLF) de l'Île-du-Prince-Édouard. (ARCHIVES)

Photo : Radio-Canada

Il explique que les règles des écoles françaises prévoient des sanctions aux les élèves ayant ce type de comportement offensif.

 On a besoin que nos jeunes réfléchissent aux gestes qu’ils ont posés et au mal qu’ils ont pu faire et [trouver] une façon de les réparer , explique-t-il.

L’élève peut être même suspendu en fonction de la gravité de la situation, selon lui.

Pour François Rouleau, il est aussi nécessaire de faire un travail de sensibilisation sur le long terme auprès de la communauté scolaire.

On a besoin d’éduquer ces jeunes et de travailler aussi avec les familles, ajoute-t-il.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !