•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La frontière entre le Québec et l'Ontario rouvre mercredi

Des policiers s'adressent à des automobilistes dans une file de voitures.

Un barrage de policiers de Gatineau au pont du Portage (archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

La frontière entre le Québec et l’Ontario rouvrira le 16 juin, à partir de minuit et une seconde, aux passages non essentiels. Celle qui sépare l'Ontario et le Manitoba sera aussi ouverte le même jour.

Le bureau de la vice-première ministre québécoise, Geneviève Guilbault, a annoncé lundi, par communiqué, la levée prochaine du décret gouvernemental interdisant tout déplacement jugé non essentiel entre le Québec et l'Ontario.

Cette réouverture s'applique à toute personne désirant circuler entre les deux provinces, sans exception. À noter que les personnes en provenance de l'Ontario ont les mêmes obligations que les résidents du Québec quant au respect des règles sanitaires en vigueur dans les différentes zones, peut-on lire.

Le bureau de la solliciteure générale de l'Ontario, Sylvia Jones, a confirmé que le décret du gouvernement de Doug Ford, quant aux frontières interprovinciales avec le Québec et le Manitoba, sera aussi levé à compter du 16 juin.

Cette réouverture est très attendue par bien des résidents d’Ottawa, de l’Outaouais, mais aussi de l’est ontarien. La communauté d'affaires a accueilli à bras ouverts et avec un entrain palpable la nouvelle, lundi.

Je pense qu’on a tous le sourire aux lèvres, s'est exclamée Lise Sarazin, directrice générale du Regroupement des gens d’affaires de la capitale nationale (RGA). Cette réouverture rimera avec de nouveaux revenus pour bien des commerçants privés de leur clientèle en provenance d'une autre province, a-t-elle souligné.

Il y a des gens du Québec qui souhaitent retourner dans le marché By. C’est un lieu, presque, de villégiature, un lieu où on se rassemble, où on se sent bien, où on aime aller, a-t-elle ajouté.

Une femme sourit à l'intérieur de son établissement.

Marysol Foucault, chef propriétaire du restaurant Edgar, à Gatineau

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Du côté de Gatineau, l'équipe du restaurant Edgar a indiqué que les visiteurs ontariens forment une bonne partie de sa clientèle. C’est certain qu’il va y avoir un engouement et qu’on va revoir des visiteurs qu’on n’a pas vus depuis vraiment longtemps, a lancé Marysol Foucault, chef propriétaire de l'établissement situé dans le secteur Hull.

C’est absolument merveilleux de voir le retour à la normale qui arrive tranquillement.

Une citation de :Marysol Foucault, chef propriétaire du restaurant Edgar

À Grenville, municipalité du Québec collée à la ville de Hawkesbury, dans l'est ontarien, le soupir de soulagement se faisait aussi sentir, lundi. C’est nécessaire pour le bien-être des entreprises et pour le bien-être psychologique des gens, a réagi Louis-André Desjardins, propriétaire d'un bar de Grenville. Selon ses estimations, les Ontariens comptent pour 40 % de sa clientèle.

La conseillère municipale de Grenville et mairesse suppléante, Jocelyne Louis-Seize, a aussi insisté sur les liens intrinsèques entre Québécois et Ontariens, dans sa région. On est tellement habitués qu’on ne voit pas la frontière, a-t-elle imagé.

Une facture de 850 000 $

Un sentiment que partage une bonne partie de la classe politique locale, lundi, qui a partagé sa joie face à la réouverture annoncée de la frontière interprovinciale.

C'est ce qu'a exprimé, dans une publication Twitter, le maire d'Ottawa, Jim Watson, qui n'avait pas caché qu'il désapprouvait la décision, prise au niveau provincial, de fermer la frontière.

Le Service de police d'Ottawa a indiqué, la semaine dernière, que la facture associée à la mise en application du décret est estimée à 850 000 $. Le gouvernement de l’Ontario entend rembourser cette somme.

Du côté du Québec, la députée provinciale de Hull, Maryse Gaudreault, débordait visiblement de joie, lundi.

J'espère que cette nouvelle d'aujourd'hui sera la bonne et la dernière, qu'on n'entendra plus parler de ce clivage de notre région, a-t-elle dit.

Peut-être que ça a été bénéfique pour d’autres provinces, mais, pour notre région, je ne crois pas que ça ait changé quoi que ce soit quant à la propagation, a commenté l'élue libérale au sujet des contrôles policiers aux points frontaliers interprovinciaux.

Elle a, du même souffle, ajouté qu'elle n'est pas une experte en matière de transmission épidémiologique et qu'elle aimerait qu'un post mortem sur l'effet de la fermeture de la frontière soit fait.

Le Service de police de la Ville de Gatineau a effectué 7600 vérifications à la frontière interprovinciale depuis l’entrée en vigueur de l’interdiction de passages non essentiels, le 19 avril. En tout 19 % des usagers ont dû faire demi-tour, a indiqué le corps policier lundi.

Avec les informations d'Antoine Trépanier, de Jérémie Bergeron et de Denis Babin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !