•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Golf avec Vance : le vice-chef d'état-major de la Défense démissionne

Mike Rouleau en habit militaire.

Le lieutenant-général Mike Rouleau reconnaît sa responsabilité, mais se défend de s'être mal comporté.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Après avoir disputé un parcours de golf avec le général Jonathan Vance, visé par des allégations d'inconduite sexuelle, le lieutenant-général Mike Rouleau, vice-chef d'état-major de la Défense, a annoncé lundi qu'il quittait ses fonctions.

Le lieutenant-général Rouleau et le vice-amiral Craig Baines ont joué au golf le 2 juin dernier avec M. Vance, qui a été le commandant en chef des Forces armées canadiennes de juillet 2015 à janvier 2021.

Or, le poste de numéro 2 qu'occupe Mike Rouleau peut l'amener à donner des ordres à la plus haute autorité policière de l'armée, le grand prévôt Simon Trudeau. La Loi sur la Défense nationale adoptée en 2013 indique que le vice-chef d'état-major de la Défense peut aussi, par écrit, établir des lignes directrices ou donner des instructions à l'égard d'une enquête en particulier.

La partie de golf entre le général Vance, qui fait l'objet d'une enquête de la police militaire, et MM. Rouleau et Baines laisse planer le doute sur l'impartialité de la justice militaire.

Je reconnais pleinement que ma décision de faire cette activité a intensifié les événements récents et a contribué à éroder davantage la confiance [des citoyens envers les forces].

Une citation de :Mike Rouleau, vice-chef d'état-major de la Défense

Bien qu'il reconnaisse sa responsabilité, M. Rouleau se défend d'avoir commis un acte répréhensible et il assure que toute la controverse provient d'une perception erronée d'une possibilité de conflit d'intérêts.

Il s’agissait d’une activité privée, et je peux assurer tous les membres des FAC [Forces armées canadiennes] qu’aucun d’entre nous n’a discuté de questions relatives aux enquêtes en cours de la PM [police militaire], ni des FAC ou du MDN [ministère de la Défense nationale] en général, explique-t-il dans sa lettre de démission.

M. Vance, lunettes sur le bout du nez, devant un drapeau du Canada.

Le général Jonathan Vance a été le chef d'état-major de toutes les forces armées canadiennes de juillet 2015 à janvier 2021.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le lieutenant-général soutient que le grand prévôt exerce ses fonctions sans lui rendre de comptes et qu'il a lui-même milité pour qu'il n'y ait aucune ingérence dans les enquêtes en cours. Je n’ai jamais émis d’instructions ou de lignes directrices au [grand prévôt] concernant les enquêtes en cours de la police militaire, y compris celles impliquant des inconduites sexuelles, poursuit-il.

Je n’ai aucun pouvoir sur les enquêtes de la police militaire.

Une citation de :Mike Rouleau, vice-chef d'état-major de la Défense

« Pleinement responsable » de la présence de Baines

Mike Rouleau affirme entretenir des liens avec d'anciens membres des Forces, car il se soucie de leur bien-être. Ces officiers incluent certains qui font l’objet d’une enquête et d’autres qui ne le sont pas. Mais, en tant qu’individus [ayant] consacré leur vie au service du Canada, ils ont tous mérité notre devoir de prendre soin d’eux, dit-il.

Dans sa lettre de démission, il souligne également l’obligation de respecter les principes d’équité procédurale et de présomption d’innocence.

M. Rouleau prend également le blâme pour la présence du vice-amiral Craig Baines lors de cette partie de golf. Je demande à ce qu’on me tienne pleinement responsable pour sa part, explique-t-il en tentant de tenir M. Baines à l'écart de la controverse.

Le vice-amiral Baines s'est d'ailleurs excusé, dans une déclaration écrite à l'intention de tous les militaires et fonctionnaires de la Défense nationale, pour sa conduite. Reconnaissant les faits, M. Baines a indiqué qu'il acceptait ses torts.

Le lieutenant-général Wayne Eyre, qui assure l'intérim en tant que chef d'état-major, a indiqué que Mike Rouleau sera désormais affecté au groupe de transition des Forces armées canadiennes et que c'est le major-général B.F. Frawley qui le remplacera. Il [Frawley] restera dans cette position jusqu'à ce que la lieutenante-générale Frances Jennifer Allen assume ce rôle dans les prochaines semaines, a-t-il poursuivi.

La récente partie de golf impliquant le général [retraité] Vance, le lieutenant-général Rouleau et le vice-amiral Baines est troublante.

Une citation de :Wayne Eyre, chef d'état-major par intérim des FAC

Le sort du vice-amiral Baines demeure en suspend, le temps que le chef d'état-major par intérim « détermine la voie à suivre ». M. Eyre a tout de même reconnu que M. Baines avait accepté la responsabilité de son rôle dans cette partie de golf controversée.

Une rencontre « inacceptable », dit le cabinet de Sajjan

Le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan et le ministère de la Défense nationale ont confirmé que le général Rouleau et le commandant en chef de la Marine royale canadienne, le vice-amiral Craig Barnes, avaient disputé une ronde de golf avec Jonathan Vance.

Le cabinet du ministre de la Défense juge cette rencontre inacceptable.

Assurant l'indépendance du Service national des enquêtes des FAC, le grand prévôt Simon Trudeau a assuré que le général Rouleau n'avait pas donné d'instructions ou de directives au grand prévôt des Forces canadiennes au sujet d'une quelconque enquête militaire en cours.

Enquête sur des inconduites sexuelles

Jonathan Vance aurait entretenu une liaison continue avec une subalterne, la majore Kellie Brennan. Une relation qui aurait commencé en 2001 pour se poursuivre même après qu'il fut devenu chef d'état-major en 2015. M. Vance aurait aussi envoyé un courriel obscène à une militaire beaucoup plus jeune que lui en 2012. L'ancien numéro un des Forces armées a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.

Le lien entre le vice-chef d'état-major, le lieutenant-général Mike Rouleau, et la police militaire a d'ailleurs été signalé dans un rapport publié au début du mois sur le système de justice militaire par le juge à la retraite de la Cour suprême, Morris Fish.

Le juge Fish avait également recommandé que le grand prévôt soit nommé par le Conseil des ministres et qu'il dépende entièrement du ministre de la Défense plutôt que du chef d'état-major.

Trudeau et Sajjan blâmés par les oppositions

Le premier ministre Justin Trudeau a refusé de commenter la situation lors de sa conférence de presse à l'issue du Sommet du G7. Ces deux hommes – Vance et Rouleau – devront répondre à ces questions eux-mêmes, a-t-il lancé. Je sais que le ministre de la Défense suit la situation avec le chef d'état-major intérimaire.

Pour le chef conservateur Erin O’Toole, cette rencontre controversée entre les deux militaires démontre que la culture est brisée dans les hauts rangs du ministère de la Défense nationale, qu’ils n’aient pas eu le jugement de prendre une meilleure décision, a-t-il commenté en conférence de presse, lundi.

Le chef de l'opposition officielle a dénoncé l'absence de leadership chez le ministre de la Défense Sajjan, qu'il accuse de faire partie d’une opération de dissimulation d’allégations de harcèlement sexuel pendant 3 ans.

Ces révélations inquiètent également le chef du NPD, Jagmeet Singh, qui a directement blâmé le ministre Sajjan et le premier ministre Justin Trudeau. Ils ne prennent pas la situation au sérieux, a-t-il déploré.

M. Singh leur reproche d'avoir laissé la recommandation d'un ancien juge de la Cour suprême, datant de 2015, d'instituer un système de justice indépendant. Ils ont échoué à le faire, et la triste réalité, c'est que les femmes continuent d'être ignorées. Leurs plaintes continuent d'être ignorées. Leurs inquiétudes continuent d'être ignorées, a-t-il déclaré.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !