•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des trousses de test d’autodépistage du VIH pour favoriser la santé sexuelle

Une trousse de test d'autodépistage du VIH.

Une trousse d'autodiagnostic du VIH est offerte dans certains centres de santé communautaires du Canada dans le cadre de l'initiative «J'agis pour savoir », lancé au mois de juin.

Photo : Sean Rourke

Radio-Canada

Le nouveau projet pilote «J'agis pour savoir » espère contribuer à éradiquer à long terme le VIH au Canada en éliminant les obstacles liés au dépistage auxquels ont face plusieurs communautés à risque. L'initiative commence à l'aide d'une minuscule trousse à emporter qui est distribuée par des groupes communautaires à travers le Manitoba.

L'initiative a été lancée au début du mois. Les groupes communautaires ont reçu 50 000 trousses d'autotest du VIH à distribuer, dont certaines ont été envoyées dans sept endroits à Le Pas, à Brandon et à Winnipeg.

Ces trousses d'autodiagnostic du VIH sont notamment déjà accessibles au public aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis plusieurs années, mais elles n'ont été légalisées au Canada que l'automne dernier grâce aux recherches du directeur de programme de REACH Nexus et scientifique au Centre MAP pour des solutions de santé urbaine de l'Hôpital St-Michael's, à Toronto, Sean Rourke, et d'autres personnes.

Il y a des raisons pour lesquelles les gens ne se présentent pas pour recevoir des soins, la stigmatisation, bien sûr, et toutes sortes d'autres obstacles.

Maintenant que ce test est approuvé, comment le faire parvenir aux gens de la manière la plus accessible et la moins contraignante possible?

Une citation de :Sean Rourke, directeur de programme de REACH Nexus

REACH Nexus est l'organisation à l'origine de la campagne J’agis pour savoir (Nouvelle fenêtre), qui a été financée par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé pour aider à trouver des moyens novateurs de commercialiser les trousses d'autotest, explique le Dr Rourke.

L'initiative s'accompagne d'une application que les gens peuvent télécharger et qui contient des tutoriels sur la façon d'utiliser la trousse de test d’autodépistage, des réponses aux questions les plus fréquentes et des indications sur la façon d'accéder à des conseils de pairs et à d'autres formes de soutien en cas de résultat positif.

Les participants peuvent également fournir des informations au sujet de leur expérience à des fins de recherche.

Atteindre les personnes non diagnostiquées

Selon le Dr Rourke, cette initiative est importante, car elle doit permettre d’atteindre les personnes non diagnostiquées, qui pourraient alors bénéficier de traitements largement disponibles aujourd'hui qui non seulement sauvent des vies, mais réduisent la charge virale du VIH à des niveaux indétectables. Avec une si basse charge virale, les personnes séropositives ne peuvent plus transmettre le virus.

Si nous voulons réduire le nombre de cas de VIH au Canada, nous devons atteindre les personnes qui ne sont pas diagnostiquées et les aider à obtenir des soins.

En théorie, n'importe qui peut se rendre dans une clinique sans rendez-vous ou chez son médecin de famille et demander un dépistage du VIH et d'autres infections sexuellement transmissibles. Un certain nombre de facteurs empêchent néanmoins certains groupes à risque de s'y rendre.

Cela pourrait résoudre un problème de société malheureux à court terme, déclare Mike Payne, directeur général du centre de santé communautaire Nine Circles à Winnipeg, l'un des centres où il est possible de se procurer des trousses.

Selon lui, le VIH a été diagnostiqué chez 1300 Manitobains à l'heure actuelle.

Une recrudescence attendue

Les taux de surdose à Winnipeg ont grimpé en flèche pendant la pandémie, et Mike Payne affirme que l'injection de méthamphétamine en cristaux est une autre façon de propager le VIH dans les communautés qui ne se sentent généralement pas soutenues par les cliniques et les centres de soins conventionnels.

Il ajoute que les professionnels de la santé du secteur communautaire se préparent à une recrudescence de diverses infections transmises sexuellement, dont le VIH, en raison de la diminution de l'accès aux soins pendant la pandémie.

Selon Mike Payne, cela a conduit certaines personnes à éviter les tests de routine parce que les ressources étaient plutôt déplacées vers la COVID-19. Nine Circles a déjà commencé à constater une augmentation des résultats positifs au VIH grâce aux tests effectués dans leur établissement.

Il y a beaucoup de personnes qui avaient des difficultés d'accéder aux soins de santé, en particulier les Autochtones, les personnes de couleur, les personnes de la communauté LGBTQ parce qu'elles ont été victimes d'homophobie, de racisme et d'autres types de situations difficiles dans les services de santé traditionnels, dit Mike Payne.

Toutes ces choses ne facilitent pas les choses. Nous devons trouver toutes les façons de fournir des ressources qui conviennent aux personnes concernées afin que les médecins puissent diagnostiquer le VIH et encourager ensuite les personnes atteintes à se tourner vers les services dont elles ont besoin.

Mike Payne précise que, outre la possibilité d'obtenir jusqu'à trois trousses de test d'autodépistage dans l'un des organismes communautaires pour obtenir, on peut aussi en commander et se les faire livrer. Ce service de livraison est surtout destiné aux personnes qui veulent réduire au minimum leurs contacts avec les autres et à celles qui vivent dans des communautés éloignées et nordiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !