•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des relations encore tendues entre plaisanciers et nageurs au lac Meech

Une vue sur le lac Meech, dans le parc de la Gatineau.

Les tensions entre plaisanciers et nageurs ont culminé, l'été dernier.

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Radio-Canada

Le lac Meech, au parc de la Gatineau, est populaire auprès des adeptes de nage libre et c’est d’autant plus le cas en temps de pandémie. Or, la cohabitation avec les propriétaires de résidences dans ce secteur demeure parfois difficile.

On s’est déjà fait réveiller à toute heure du matin. On s’est fait menacer. On s’est fait intimider, harceler. On a subi des méfaits, même, l’été passé, a affirmé Luc Champagne, copropriétaire d’un chalet situé sur l’île Champagne, en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Depuis, des tables de concertation ont eu lieu avec la Commission de la capitale nationale (CCN) et d’autres acteurs dans le but de dissiper les tensions.

Dans cette veine, un projet pilote est lancé, cet été, avec des corridors désignés pour ceux qui pratiquent la nage en eau libre au lac Meech. Les heures d’ouverture des stationnements ont aussi été modifiées pour tenter de freiner la fréquentation du plan d'eau aux petites heures du matin.

De l’avis de M. Champagne, les corridors de nage érigés par la CCN ne sont pas suffisants pour assurer la sécurité de tous ceux qui transitent par le lac Meech. Il dénonce notamment le fait que lui et ses proches doivent traverser l'un de ces corridors avec leur bateau lorsqu'ils circulent entre l'île Champagne et la rive.

Quand il y a de grands vents, quand il y a des vagues, on ne les voit pas nécessairement, a-t-il dit.

Il a mentionné que bien des nageurs ne se rendent pas visibles au moyen d’un casque coloré, par exemple.

On n’est pas contre eux. On veut qu’ils pratiquent leur sport de façon sécuritaire.

Une citation de :Luc Champagne, copropriétaire d’un chalet de l’île Champagne

Aux yeux d’Andréa McGee, membre de la Coalition des nageurs en eau libre de la région de la capitale nationale, il est trop tôt pour connaître l’effet de l’initiative de la CCN.

Le projet pilote est quand même assez nouveau, a-t-elle soutenu, soulignant que l’organisation dont elle fait partie travaille à sensibiliser les nageurs sur des bonnes pratiques sécuritaires.

Elle a noté, en entrevue, que les corridors choisis pour le projet pilote ne font pas le bonheur de tous ceux qui s’adonnent à la natation au lac Meech. Les corridors ne sont pas nécessairement installés selon la préférence de tous les nageurs parce qu’il y a des nageurs de calibres différents. [...] C’est donc difficile de créer un corridor qui remplit les critères de tout le monde, a-t-elle résumé.

Une femme en entrevue par vidéoconférence avec Radio-Canada.

Andréa McGee fait partie de la Coalition des nageurs en eau libre de la région de la capitale nationale.

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Quant aux relations tendues entre les différents usagers, elle convient que beaucoup de travail reste à être fait pour les assainir. Elle estime néanmoins que les choses évoluent dans la bonne direction.

Ce qui est important, c’est d’ouvrir la conversation. Du fait qu’on a commencé une conversation, c’est déjà un bon début, a-t-elle dit.

Pour sa part, la CCN rappelle que le respect des propriétés privées est primordial. Ceci étant dit, le respect de la propriété privée n'est pas du ressort de la CCN. Ça relève de la juridiction municipale et la police municipale. Nous faisons un effort conjoint avec ces autorités-là,a déclaré Christie Spence, directrice de la société de la Couronne pour le parc de la Gatineau et les terrains urbains du Québec.

On ne donne aucun droit d'accès exclusif à personne. Le lac appartient aux Canadiens.

Une citation de :Christie Spence, directrice de la CNN pour le parc de la Gatineau et les terrains urbains du Québec

Elle a indiqué, en entrevue, qu’une rencontre visant à améliorer le projet pilote doit avoir lieu mardi. Celle-ci devrait réunir des résidents du secteur, des nageurs et des représentants de la CCN.

Avec les informations de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !