•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les espaces sûrs disparaissent, selon des membres de la communauté LGBTQ

Les drapeaux arc-en-ciel et trans flottent à côté de l'hôtel de ville de Toronto.

Les drapeaux arc-en-ciel et trans ont été hissés à l'hôtel de ville de Toronto en juin 2020.

Photo : Ville de Toronto

Radio-Canada

Il y a de moins en moins d'endroits où les membres de la communauté LGBTQ se sentent en sécurité à Toronto, selon certains activistes. Ce constat est fait alors qu’un membre de la communauté a subi une attaque physique près de Hanlan’s Point, sur les îles de Toronto, le week-end dernier.

Justin Khan, du 519, un organisme qui défend les intérêts des Torontois LGBTQ, a déclaré à CBC News que Hanlan's Point a été particulièrement vital pour la communauté pendant la pandémie. D'autres lieux de rencontre et bars sont fermés depuis l'automne dernier et beaucoup commencent seulement à rouvrir leurs terrasses.

Hanlan's Point est un endroit où les [membres de la communauté] vont pour s'amuser, où ils se sentent acceptés, où ils se sentent en sécurité, a déclaré M. Khan, directeur de l'intérêt public et des initiatives juridiques du 519.

Et l'impact de la perte de ces espaces - qu'il s'agisse de Hanlan's ou des bars qui ont été fermés pendant la pandémie - ne peut pas être mesuré uniquement en dollars et en cents. Il s'agit du tissu même de ce que nous sommes en tant que communauté.

La police de Toronto a confirmé que l’unité des crimes haineux de la police de Toronto enquêtait sur l’agression de samedi.

Le Rouge et Noir d'Ottawa, de la Ligue canadienne de football, a suspendu l'ailier défensif Chris Larsen en rapport avec l'incident. Aucune accusation a été portée contre M. Larsen.

Le fait que nous soyons à Toronto en 2021 et que les gens ne se sentent pas en sécurité et aient peur est vraiment décourageant, a déclaré M. Khan.

Ces incidents rappellent que le Mois des Fiertés a été créé à la suite d’une protestation pour lutter pour l'égalité des droits, a-t-il ajouté.

En juin 1969, la communauté LGTBQ de New York s'est révoltée contre la discrimination policière et l'homophobie après la descente du Stonewall Inn, un bar gai.

C'est à Hanlan's Point que des militants de Toronto ont organisé le premier pique-nique de la journée des gais de la ville en 1971. L'année suivante, le pique-nique a été intégré à la première semaine de la fierté gaie de la ville, qui comprenait un festival, un rassemblement et une marche vers Queen's Park pour réclamer l'égalité.

Nous n'avons pas peur de nous défendre et de garder ce qui nous appartient, a déclaré M. Khan. L'histoire nous a appris, le présent nous a appris que nos communautés sont résilientes.

Le directeur exécutif de Pride Toronto, Sherwin Modeste, a déclaré qu'il se rendait à Hanlan's Point quelques fois chaque été, s'imprégnant de l'atmosphère accueillante et du coucher de soleil. Il affirme avoir emprunté le même trajet que la victime de l’attaque du week-end dernier à plusieurs reprises.

J'aurais pu être la victime, a déclaré M. Modeste.

Le simple fait de pouvoir se réunir avec des personnes partageant les mêmes idées, qui vous aiment pour ce que vous êtes, qui vous voient pour ce que vous êtes, est très important, a déclaré Modeste. Et avec la pandémie, nous l’avons perdu.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !