•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Mobilités et Territoires se précise pour relier les MRC du Bas-Saint-Laurent

La Commission scolaire Chemin-du-Roy met en service vendredi sept autobus électriques.

Dix nouveaux minibus électriques à accessibilité universelle assureraient le service (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le projet Mobilités et Territoires se précise au Bas-Saint-Laurent. Les préfets de la région discutent depuis quelques années de ce circuit qui permettrait aux citoyens de se déplacer plus facilement dans l’ensemble de la région, soit au sein d’une MRC ou entre les MRC, au moyen d'un système de transport collectif.

Déposé récemment par le Conseil régional de l'environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL), le plan propose la création d'une régie interrégionale de transport en commun.

Elle offrirait 13 tracés pour relier les différentes municipalités bas-laurentiennes. Dix nouveaux minibus électriques à accessibilité universelle assureraient le service.

Le projet permettrait notamment d’améliorer l’accès au transport pour les personnes plus vulnérables et d’éviter aux familles bas-laurentiennes l'achat d’une deuxième voiture.

Les bretelles qui relient l'autoroute 20 à la montée Industrielle-et-Commerciale à Rimouski

Le CREBSL voudrait réduire le nombre de véhicules sur les routes.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Cette régie s’inspirerait de celle qui existe déjà en Gaspésie, indique Patrick Morin, directeur adjoint du CREBSL

Le système permettrait aux résidents des milieux ruraux de se rendre jusqu'aux centres urbains et de transférer vers d’autres villes de la MRC - et même de l’extérieur - grâce à une connexion avec les services comme Orléans Express.

Un autobus de la MRC de la Matanie

Un autobus de la MRC de la Matanie

Photo : Gracieuseté: MRC Matanie

Selon M. Morin, le budget prévisionnel serait de 5,8 millions de dollars, ce qui comprend le maintien du financement des systèmes actuels, soit 3 millions de dollars. L’argent proviendrait de contributions des municipalités, de subventions gouvernementales et d’une majoration de la taxe sur le carburant de 1,6 cent le litre. 

En comparaison, la Gaspésie demande 1 cent, et Montréal, 3 cents du litre, mentionne M. Morin.

Les élus du Bas-Saint-Laurent parlent du projet depuis un bon moment et l'accueil est généralement très positif, estime-t-il. Des questions demeurent pour certaines MRC et on y travaille.

Des ajustements à discuter

Le préfet de la MRC du Kamouraska, Yvon Soucy, n’est pas contre le projet, mais estime qu’il reste certains points à discuter.

Yvon Soucy

Le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Il fait valoir, entre autres, que la réalité est un peu différente pour son territoire, puisque les gens se déplacent plus vers l’ouest, soit vers Chaudière-Appalaches et la Capitale-Nationale. On aimerait que les gens puissent se déplacer aussi facilement vers l’est que vers l’ouest, fait-il savoir.

Si le modèle proposé impliquait une délégation complète des compétences de la MRC dans la gestion du programme, la MRC du Kamouraska souhaite en conserver une partie.

Les maires aimeraient aussi pouvoir se retirer avant la signature d’une entente finale.

Deux personnes marchent sur un trottoir de Saint-Pascal.

Une rue de Saint-Pascal, dans la MRC de Kamouraska

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Également, ajoute le préfet, les élus étaient sensibles à la question de la perception de la taxe de 1,6 cent le litre.

Malgré ces ajustements qui restent à discuter, le projet reçoit l’assentiment des maires de la MRC du Kamouraska, croit M. Soucy.

Compte tenu d’une part, du vieillissement de la population qui a besoin de se déplacer pour recevoir des soins et d’autre part, des jeunes qui arrivent et souhaitent un système de transport collectif bien structuré, ce serait un plus pour notre population, affirme-t-il.

Selon lui, l’ensemble des MRC est plutôt favorable.

On a cheminé beaucoup au cours des dernières années. L’acceptabilité est beaucoup meilleure de la part des élus.

Une citation de :Yvon Soucy, préfet de la MRC du Kamouraska

Covoiturage et autopartage

En complément au réseau de transport collectif déjà existant, le CREBSL propose notamment la mise en place d’un système de covoiturage et d’autopartage, ainsi que l'ajout de bornes de recharge aux arrêts d’autobus et d'équipements pour faciliter le transport actif comme le vélo.

C’est le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent qui va assurer le leadership. Idéalement, le projet se réaliserait en 2023.

Avec la participation de Philippe Arsenault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !