•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Espionnage d'élus : la cheffe du Congrès veut entendre deux anciens procureurs généraux

Nancy Pelosi est debout et écoute.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Photo : Associated Press / Jose Luis Magana

Agence France-Presse

Les secrétaires à la Justice de Donald Trump doivent s'expliquer devant le Congrès américain sur la saisie de données de parlementaires pendant une enquête sur des fuites d'informations, a affirmé dimanche la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi.

On a sapé l'État de droit, a-t-elle dit sur CNN, estimant au-delà de l'imaginable que les deux anciens procureurs généraux, Bill Barr et Jeff Sessions, aient dit qu'ils ne savaient rien de cette affaire.

Donc, nous devrons les faire témoigner sous serment devant une commission parlementaire, a ajouté la présidente de la Chambre des représentants.

Les démocrates ont dénoncé vendredi la saisie, par le gouvernement de Donald Trump, de données d'au moins deux élus du Congrès, Adam Schiff et Eric Swalwell, et de leurs proches, dont un mineur, dans le cadre d'une enquête sur des fuites d'informations classifiées en 2017 et 2018.

Adam Schiff parle devant une statue de marbre blanc.

Adam Schiff est président de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants.

Photo : Associated Press / J. Scott Applewhite

Membres de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, les deux hommes étaient soupçonnés d'avoir communiqué à des journalistes des informations liées à la très sensible enquête sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'entourage de Donald Trump, qui a empoisonné tout le début du mandat du président républicain.

Les données transmises n'ont finalement pas corroboré les soupçons.

La justice américaine a également saisi les données de journalistes de CNN, du Washington Post et du New York Times (NYT) à leur insu.

Le NYT a en outre affirmé dimanche que le département avait également demandé en 2018 les données du conseiller de la Maison-Blanche Donald McGahn, un contact clé entre le président et le département.

Ce qu'a fait l'administration [Trump] – le département de la Justice, les dirigeants [autour] de l'ancien président – va au-delà de Richard Nixon, a expliqué Mme Pelosi, en référence au scandale du Watergate qui a forcé cet ancien président américain à démissionner.

L'entrée du siège du département de la Justice des États-Unis, où on lit « Département de la Justice » et on voit un drapeau américain

Le siège du département de la Justice des États-Unis, à Washington

Photo : Reuters / Andrew Kelly

Un comportement de « voyou »

Elle a accusé le département de la Justice d'avoir eu un comportement de voyou sous le mandat de M. Trump. Selon elle, il est essentiel de déterminer si les responsables de cette enquête font toujours partie du département.

Peu importe le président, le parti [au pouvoir], on ne peut pas laisser faire ça.

Une citation de :Nancy Pelosi

Elle a également indiqué qu'elle déciderait lundi si une commission d'enquête parlementaire serait créée sur l'assaut de partisans de Donald Trump contre le Capitole le 6 janvier.

Un texte de la Chambre visant à former cette commission est bloqué au Sénat par manque de soutien chez les républicains. Cette commission bénéficierait d'une plus grande crédibilité si elle était appuyée par les deux partis.

C'est à propos d'une attaque contre notre démocratie, notre Capitole, a souligné Mme Pelosi, assurant que le peuple américain mérite la vérité et doit avoir des réponses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !