•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ville alaskienne de Skagway accueille sa première croisière en près de 2 ans

La ville de Skagway vue de loin, avec des bateaux de croisière amarrés et, au loin, des montagnes.

Le port de Skagway a accueilli, vendredi, son premier bateau de croisière en 21 mois. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada

La ville de Skagway, en Alaska, a vu accoster son premier navire de croisière en 21 mois, vendredi. Les villégiateurs ont été accueillis à bras ouverts par les commerces locaux, dont les revenus dépendent essentiellement du tourisme maritime.

Si vous m’aviez demandé, il y a quelques mois, si un bateau accosterait par ici aujourd’hui, je vous aurais répondu : "probablement pas", s’exclame le maire de Skagway, Andrew Cremata.

La COVID-19 a été dévastatrice pour nos commerces, note-t-il.

Aujourd’hui, il se réjouit plutôt de n’avoir vu aucun cas de COVID-19 dans sa communauté depuis 2 mois et demi, ce qui marque le début d’un retour à la normale.

Les restaurants sont ouverts, les visites guidées sont de retour et plus de bateaux de croisière sont attendus.

Ces villégiateurs, la ville en vit. Notre économie s’appuie à 95 ou 96 % sur les croisières, explique le maire.

Tout en restant prudent, le maire Cremata se veut optimiste. Même s’il espère un retour à la fréquentation touristique que connaissait sa ville avant la pandémie, il croit que les effets de la COVID-19 se feront sentir pendant des années.

Tout ce qu’il manque, maintenant, c’est la réouverture de la frontière canadienne pour que [les Canadiens] puissent venir nous voir et qu’on puisse y aller, dit-il.

Tout ce qu’on entend, par ici, c’est : "j’ai tellement hâte que la frontière soit ouverte".

Avec les informations de Paul Tukker et de l’émission Midday Cafe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !