•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wood Buffalo traîne de la patte en matière de vaccination contre la COVID-19

Un gros plan d'une main tenant une seringue et une dose de vaccin contre la COVID-19.

La région de Wood Buffalo a un taux de vaccination environ 25 points de pourcentage plus bas que le reste de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au moment où l’Alberta s’apprête à atténuer ses restrictions sanitaires, la région rurale de Wood Buffalo peine à mousser sa campagne de vaccination pour atteindre le même niveau d’immunité que le reste de la province.

Les responsables de la santé publique disent rivaliser d’imagination pour tenter d’amadouer ceux qui refusent toujours d’être vaccinés dans cette région en queue de peloton de la campagne de vaccination.

Au 9 juin, seuls 41,7 % des habitants admissibles avaient été vaccinés, alors que la moyenne albertaine s’établissait à 67,8 %.

Même si elle a été durement frappée par la COVID-19, la ville de Fort McMurray est aussi à la traîne avec un taux de vaccination des personnes admissibles de 60,5 %.

Selon certains responsables de la santé publique, cette modestie statistique s’explique par plusieurs facteurs, dont un accès limité.

Dans le secteur de Conklin, par exemple, deux séances de vaccination ont eu lieu pour tenter de pallier le manque d’accessibilité.

Les centres étaient ouverts de 11 h à 15 h, selon Valerie Quintal, une des membres du conseil du Comité consultatif sur le développement des ressources de Conklin.

Ce qui posait problème jusque là, note-t-elle, était le temps nécessaire pour faire la navette. Il fallait se rendre à Fort McMurray ou au centre le plus près, explique-t-elle.

Ce trajet prenait plus de deux heures et il en fallait deux autres pour revenir.

Les séances de vaccination comportaient également une période de deux heures sans rendez-vous, ce qui a permis à ceux qui n’ont pas d’accès facile à l’Internet, notamment, d’être vaccinés.

Convaincre les jeunes Autochtones

Du côté de la Nation crie de Mikisew, le chef Peter Powder explique qu’environ 55 % de la population admissible a reçu une première dose de vaccin. Il souligne toutefois que seulement 20 % des jeunes adultes de 12 à 18 ans ont été vaccinés.

Je crois que les gens commencent à réaliser que ceux qui ont été vaccinés ne tombent pas malades, constate-t-il.

Il ajoute que les responsables de la Nation des environs de Fort Chipewyan doivent bientôt se rencontrer pour déterminer comment encourager les jeunes à se faire vacciner.

À la Nation métisse de Willow Lake, la présidente, Stella Lavallee, soutient que la première dose a été très populaire. L’accueil a été très positif dans ma communauté, explique-t-elle.

Deux infirmières viendront toutes les semaines pour administrer la seconde dose à compter de la semaine prochaine.

La Nation métisse de Fort McKay mise quant à elle sur l’interpellation personnelle et les campagnes publicitaires.

Ç’a été un défi, admet la directrice de la sécurité publique de la communauté, Julie Stewart. Notre communauté a investi toutes ses ressources dans l’éducation des membres afin de les inciter à se faire vacciner.

Avec les informations de Jamie Malbeuf

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !