•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à Sherbrooke contre le prolongement du gazoduc Goldboro

Le porte-parole s'adresse à la foule à l'aide d'un micro.

Les manifestants ont écouté le discours du porte-parole du collectif Goldboro, parlons-en, avant de se mettre en marche, samedi.

Photo : Fanny Geoffrion

Radio-Canada

Une centaine de personnes ont marché dans les rues du centre-ville de Sherbrooke samedi pour manifester contre le prolongement du gazoduc Goldboro, dont l'objectif est d'exporter du gaz naturel de l'Alberta vers la Nouvelle-Écosse, en traversant l'Estrie.

Parmi les personnes présentes, beaucoup de familles et de jeunes se disaient inquiets quant à la hausse des gaz à effets de serre et aux risques de fuites associés à l'ajout de ce gazoduc, qui deviendrait le deuxième à traverser le territoire estrien.

Le pipeline Trans Québec et Maritimes, qui s'étend déjà d'ouest en est du pays, pourrait voir sa capacité augmenter puisque l'entreprise albertaine construirait un deuxième tuyau, deux fois plus gros, explique Alexandre Ouellet, porte-parole du collectif Goldboro, parlons-en.

Au Québec, le gazoduc passe par Montréal-Est, traverse la Montérégie, sillonne ensuite une vaste portion de l'Estrie, dont Eastman, le versant sud du Mont-Orford, pour ensuite se poursuivre vers Magog et Coaticook. De plus, le collectif est préoccupé de la présence de terres agricoles sur ce parcours.

Parmi les manifestants, un père de famille trouvait important de dénoncer le projet pour les enfants. D'ailleurs, un jeune garçon qui prenait par à la manifestation dit avoir envie de garder notre environnement, pour pas que tout meurt.

Des millions en fonds publics

Les manifestants craignent que le gouvernement fédéral puisse financer ce projet gazier puisque l'entreprise albertaine lui aurait demandé une subvention de 925 millions de dollars. La députée solidaire de Sherbrooke, Christine Labrie, était présente samedi. Elle dit avoir écrit personnellement aux députés fédéraux de l'Estrie, leur rappelant que ce projet ne permettrait pas d'atteindre les cibles de réduction de gaz à effets de serre.

On ne veut pas que le gouvernement fédéral n'investisse aucun dollar dans les projets qui concernent les énergies fossiles. On devrait travailler à investir dans la transition économique en ce moment pas dans des projets comme celui-là., a déclaré la députée Christine Labrie.

Un étudiant sur les lieux tenait les mêmes propos. On n'accorde pas du financement, des fonds publics, à des projets qui ne sont même pas vers la transition énergétique, pour envoyer dans des pays qui ne le veut même pas!

Le collectif Goldboro, parlons-en s'attend à un suivi au cours du mois de juin sur ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !