•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-d'Orléans perd un médecin, 3000 patients dans l'incertitude

Vue aérienne sur les champs de l'île et le fleuve Saint-Laurent.

L'île d'Orléans

Photo : Pierre Lahoud

Plus de 3000 patients sont plongés dans l'incertitude avec le départ à la retraite de leur médecin de famille à l'Île-d'Orléans. Les nombreux efforts déployés au cours des derniers mois auprès des autorités de la santé afin de trouver quelqu'un pour le remplacer n'ont rien donné, à la grande déception de la communauté.

Dans un message publié sur le compte Facebook Le babillard des insulaires, le Dr Paul Bonenfant a annoncé qu'il prendrait sa retraite le 1er juillet 2021. Le docteur suivait des patients de l'Île depuis le début des années 1980. Il pratiquait principalement au Centre médical Prévost.

Selon sa collègue, la Dre Annie Laroche, le médecin avait plus de 3000 patients. Même si elle récupérera quelque 200 dossiers, les autres se retrouveront orphelins.

La pancarte du centre médical Prévost

Le docteur Bonenfant pratique au Centre médical Prévost

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

J'étais surprise, mais c'est normal qu'il prenne sa retraite. J'aurais aimé qu'il puisse avoir un remplaçant, indique Monique, une de ses patientes, qui a souhaité taire son nom de famille. Qui va le remplacer? demande Louis Roy, un habitant de l'Île et patient du Dr Bonenfant depuis 38 ans. Pour l'instant, c'est de l'inquiétude.

C'est une déception et une inquiétude, parce que je me retrouve sans médecin de famille. Je vais faire comme tout le monde et je vais pitonner sur Internet, ajoute Louve Côté, une autre patiente.

C'est sûr que ça va avoir un impact, estime Danièle Ouellet, pharmacienne propriétaire du Familiprix de l'Île-d'Orléans. Elle se dit prête à offrir certains suivis aux patients orphelins du Dr Bonenfant, notamment des renouvellements de prescriptions.

Si les dossiers sont plus complexes, malheureusement le pharmacien ne peut pas se substituer à un médecin. On ne voudrait pas que les évaluations nécessaires ne soient pas faites.

Une citation de :Danièle Ouellet, pharmacienne propriétaire de la pharmacie Familiprix

Difficile de recruter

Dans son message de départ, le Dr Bonenfant souligne qu'il est difficile d'attirer de nouveaux médecins à l'Île-d'Orléans.

C'est le ministère de la Santé qui détermine chaque année le nombre de postes disponibles dans chaque région. L'Île-d'Orléans fait partie de La Côte-de-Beaupré et, pour 2021, malgré mon avis de départ, seuls deux postes ont été attribués et ceux qui ont été choisis auraient préféré de ne pas venir à l'Île, peut-on lire.

2021 est la pire année depuis longtemps pour le recrutement des postes de médecins résidents en médecine familiale dans les universités, estime de son côté la Dre Laroche.

Les médecins préfèrent aller en spécialité. Le problème est loin d'être réglé, souligne la médecin.

Ça m’inquiète énormément, car des médecins comme le Dr Bonenfant, 65 ans, 3200 patients, retraité… il va y en avoir plein dans les années à venir! Et les jeunes, ce qu’ils veulent, c’est une qualité de vie! On est au bord du gouffre! Il faudrait revaloriser la pratique en cabinet, de terrain, en ruralité.

Une citation de :Dre Annie Laroche, médecin à L'île-d'Orléans
Un homme portant des lunettes.

Harold Noël, préfet de la MRC de l'Île-d'Orléans

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Poste difficile

Harold Noël, maire de Sainte-Pétronille et préfet de la MRC de L'Île-d'Orléans, est au courant depuis plusieurs années de l'intention du Dr Bonenfant de partir à la retraite.

Il indique qu'un poste a été ouvert auprès du CIUSSS de la Capitale-Nationale à la suite des pressions des maires de l'Île au cours des derniers mois. Malgré tout, ce poste n'est toujours pas comblé. Le défi, c'est de convaincre un médecin de venir pratiquer à l'Île. C'est un petit milieu, la clinique médicale ne peut pas avoir beaucoup de médecins. Au niveau des horaires de travail, c'est quand même exigeant, précise M. Noël.

200 jours de pratique en région

Le CIUSSS indique que le futur médecin de l'Île doit avoir pratiqué au moins 200 jours en région, ce qui complique le recrutement.

Nous avons déployé beaucoup d’efforts pour recruter un(e) candidat(e) qui veuille prendre la relève du Dr Bonenfant, mais n’y sommes pas parvenus jusqu’ici, indique Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Les patients du Dr Bonenfant seront répartis dans les autres groupes de médecine familiale du secteur, autant que faire se peut, ajoute-t-il. Ceux dont le niveau de priorité ne permet pas d’être assignés immédiatement à un nouveau médecin de famille seront placés sur la liste d’attente du Guichet d’accès aux médecins de famille, précise M. Boivin.

Avec les informations d'Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !