•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libéré, Maxime Bernier quitte le Manitoba après son arrestation vendredi

Maxime Bernier de face.

Maxime Bernier avait été arrêté au Manitoba vendredi, pour avoir enfreint les ordonnances de santé publique, avant d'être libéré plus tard dans la journée, selon le Parti populaire du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a quitté le Manitoba samedi matin après avoir payé sa caution vendredi, selon son parti. Il avait été arrêté lors d’un rassemblement anticonfinement illégal dans le village de Saint-Pierre-Jolys.

« M. Bernier a pris un vol de retour vers Montréal à 9 h 45 samedi », a indiqué le parti politique fédéral dans un communiqué.

Il prévoyait de se rendre dans plusieurs villages du sud-est de la province pour une tournée de rassemblements intitulée Mad Max Manitoba Tour, lorsqu'il a été arrêté par la GRC pour avoir enfreint les ordonnances provinciales de santé publique visant à freiner la propagation du COVID-19.

Maxime Bernier est non seulement accusé d'avoir participé à un rassemblement public extérieur, mais aussi de ne pas avoir respecté la période d’isolement lors de son arrivée dans la province, selon la porte-parole de la GRC, Tara Seel.

M. Bernier avait également reçu une contravention plus tôt dans la journée où il a été arrêté lors de sa première escale, dans la ville de Niverville. Il a déclaré à une journaliste de Radio-Canada vendredi qu'il avait l'intention de contester cette contravention.

Maxime bernier dans le siège arrière d'un véhicule de police, entouré de 3 policiers.

Maxime Bernier dans un véhicule de la Gendarmerie royale du Canada à Saint-Pierre-Jolys, au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Maxime Bernier devait initialement être présent à un rassemblement qui s’est tenu samedi à la Fourche, à Winnipeg. Ses partisans étaient tout de même présents malgré l’absence du politicien.

M. Bernier doit comparaître devant le tribunal de Winnipeg le 27 juillet.

Le communiqué du parti indique qu'il a l'intention de continuer à s'opposer aux restrictions liées à la pandémie, mais ne précise pas s'il a toujours l'intention de se battre contre l'accusation portée au Manitoba.

Maxime Bernier savait qu'il risquait d'être arrêté pendant sa tournée au Manitoba, mais il s'est tout de même dit choqué d'être traité comme un criminel , selon le communiqué.

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles, basé à Calgary, a déclaré dans un communiqué de presse qu'il comparaîtrait en cour au nom de M. Bernier.

L'organisme a été impliqué dans des contestations de mesures de confinement à travers le pays, dont une au Manitoba où sept églises ont poursuivi la province en justice pour contester contre les pouvoirs de la santé publique dans le contexte de la pandémie.

Aucune décision n'a encore été rendue dans cette contestation.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !