•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grand retour pour les festivals de musique à Petite-Vallée et Gaspé

Patrice Michaud accompagne la Petite école en chanson de Petite-Vallée.

Êtes-vous prêts pour le retour des festivals? (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

Les organisateurs de festivals de l'Est-du-Québec s’activent après l'arrêt imposé par la pandémie. Dans certains cas, l'interlude a permis une réorganisation, comme à Petite-Vallée et à Gaspé, où les préparatifs vont bon train.

Dans moins d'un mois, l'organisation du Village en chanson de Petite-Vallée lancera la première des trois marées, des blocs de trois jours comportant des spectacles d'une même série d'artistes.

Le site du Festival en chanson de Petite-Vallée et ses bâtiments au bord du fleuve.

Le site du Festival en chanson de Petite-Vallée

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

Selon le directeur général et artistique, Alan Côté, c'est une façon d'attirer le plus de visiteurs possible tout en maintenant la limite de 250 spectateurs.

On veut que les festivaliers aient accès à tous les spectacles, dit-il. En les faisant jouer à deux reprises, la marée nous permet ça. Donc en gardant les artistes pendant deux, trois jours, on fait deux spectacles de 250 personnes et on satisfait plus de gens. 

Rendu nécessaire par la pandémie de COVID-19, ce nouveau fonctionnement a pour effet de ramener le festival près de ses origines.

Alan Côté, directeur général et artistique du Village en chanson de Petite-Vallée

Alan Côté, directeur général et artistique du Village en chanson de Petite-Vallée

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

On est séduits par l'approche de garder les artistes quelques jours ici avec nous. À l'origine du Festival, c’était beaucoup ça qui se faisait.

Une citation de :Alan Côté, directeur général et artistique du Village en chanson de Petite-Vallée

De la musique du bout du monde sur le mont Béchervaise

Le Festival Musique du Bout du monde, à Gaspé, a aussi repensé une partie de son fonctionnement. Certains spectacles se dérouleront au sommet du mont Béchervaise, où une scène et un amphithéâtre seront installés. 

Vue à partir du sommet du mont Béchervaise. Au loin, la baie de Gaspé.

Au Festival Musique du Bout du Monde de Gaspé, les festivaliers auront droit à une scène et à un amphithéâtre naturels, au mont Béchervaise.

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

Cette salle de spectacle à ciel ouvert, plus difficile d'accès, permet non seulement de limiter le nombre de spectateurs, mais aussi d'intégrer la culture aux paysages de Gaspé.

En quelque sorte, on sculpte la montagne pour faire des plateaux à niveau, explique le directeur général du Festival Musique du Bout du monde, Steve Pontbriand.

Les festivaliers vont avoir une vue sur la scène, qui va être à l'orée du bois, mais surtout une vue imprenable sur le décor qu'on a en arrière-plan.

Une citation de :Steve Pontbriand, directeur général du Festival Musique du Bout du monde
Steve Pontbriand, directeur général du Festival Musique du bout du monde de Gaspé

Steve Pontbriand, directeur général du Festival Musique du bout du monde de Gaspé

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Même si les mesures sanitaires étaient complètement levées, la direction du Festival Musique du Bout du Monde va conserver la même formule au cours des prochaines années. 

On souhaite non seulement que le festival puisse revenir d'autres années sur ce plateau-là, mais aussi que d'autres partenaires puissent profiter de ces installations-là, envisage le directeur. En fait, c'est un investissement communautaire.

Tout comme celle du Village en chanson de Petite-Vallée, l’organisation du Festival Musique du Bout du Monde affirme que les changements de paliers d'alerte et de mesures sanitaires n'ont presque rien changé dans leur organisation, depuis l'hiver.

Dans le meilleur des cas, elles prévoient de rouvrir leurs billetteries, si les limites de spectateurs étaient augmentées d'ici le début de leurs festivités. 

D’après le reportage de Marie-Jeanne Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !