•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reste-t-on un artiste fransaskois en résidant au Québec ou dans une autre province ?

Shawn Jobin joue de la musique. (archives)

Il existe un attrait pour le Québec surtout avec le style musical pratiqué par Shawn Jobin. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un artiste fransaskois qui quitte la Saskatchewan pour une autre province ne perd pas son statut de Fransaskois, estime le directeur général, développement et partenariats à l'Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM), Thomas Kriner, après la récente décision du rappeur Shawn Jobin de s’installer au Québec.

Au cours des derniers jours, la Saskatchewan a appris le déménagement de l’artiste et de sa famille vers Saint-Raymond près de Québec.

Il reste un artiste fransaskois. Même s'il habite au Québec, pour nous ça ne change pas dans le sens où il redonne encore à la communauté comme donner des ateliers dans les écoles et s'impliquer dans la communauté, affirme M. Kriner.

Thomas Kriner voit Shawn Jobin comme un ambassadeur de la Saskatchewan au Québec.

S'inspirer de Damien Robitaille

Depuis les premières semaines de la pandémie de COVID-19, le chanteur Damien Robitaille est devenu un phénomène viral avec ses reprises quotidiennes sur les médias sociaux.

Malgré sa popularité qui a traversé les frontières canadiennes, le Franco-Ontarien n'a jamais renié ses origines.

Selon Thomas Kriner, il existe un attrait pour le Québec surtout avec le style musical pratiqué par Shawn Jobin: le rap queb.

Le fait de se rapprocher de cette scène-là pourrait lui ouvrir d'autres portes, indique M. Kriner.

Il ajoute que Shawn Jobin gagne à avoir un entourage professionnel plus grand, un réseau de tournées plus développé. Le directeur de l’APCM mentionne que ce n'est pas simple pour un artiste de la Saskatchewan de tourner en Saskatchewan, au Canada et au Québec.

Par ailleurs, Shawn Jobin a gardé son poste à l'Association jeunesse fransaskoise.

Exode vers le Québec?

Le directeur général de l’APCM le répète: le but de son organisme, tout comme le Conseil culturel fransaskois est aussi de développer une relève musicale.

Et certains artistes décident de revenir à la maison après une carrière bien remplie. On ne peut pas empêcher un artiste de changer d'air et voir autre chose, soutient-il.

Il constate également que la scène musicale dans plusieurs provinces est florissante. Il cite la Colombie-Britannique, le Yukon et l'Alberta.

Avec les informations de Doris Labrie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !