•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rattrapage des chirurgies devrait commencer l'automne prochain

Un homme parle devant l'hôpital de Chicoutimi.

Le chef du département de chirurgie à l'hôpital de Chicoutimi, le docteur Hans McLelland

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef du département de chirurgie à l'hôpital de Chicoutimi, le docteur Hans McLelland, a confiance d'atteindre les objectifs fixés par Québec pour réduire le temps de l'attente pour une chirurgie.

Le ministre Christian Dubé espère ramener le temps d'attente pour une chirurgie à ce qu'il était avant la pandémie d'ici mars 2023.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la liste compte près de 6000 personnes en attente d'une chirurgie. Le tiers de cette liste est dû au ralentissement causé par la pandémie de COVID-19. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean avait dû lourdement délester le réseau pour allouer des ressources au traitement des patients infectés par la COVID-19.

Le docteur McLelland ne cache pas que la pénurie d'infirmières aux soins intensifs ou ailleurs peut devenir rendre les choses plus difficiles. C'est un enjeu parce qu'on peut faire la plus belle opération du monde, mais si on n'a personne pour les soigner après, s'en occuper, soit à l'hôpital ou même pour des soins à domicile, de réadaptation, ça ne marche pas. Donc, toute la chaîne de production devra être à la hauteur si on veut donner des soins de qualité et baisser cette fameuse liste d'attente, a-t-il indiqué, ajoutant que le personnel en place fait des efforts héroïques.

Selon lui, c'est plus l'automne prochain que commencera le rattrapage puisque des congés sont prévus cet été, ce qui ralentira l'activité chirurgicale. On imagine qu'à l'automne on va pouvoir se mettre en action. Encore une fois, il faut qu'on suive, on va avancer au même rythme que les ressources humaines seront disponibles dans l'organisation, a-t-il dit aussi.

Sept infirmières ont démissionné depuis le mois de mai au département des soins intensifs de l'hôpital de Chicoutimi.

Avec des informations de Michel Gaudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !