•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaste campagne de nettoyage du littoral en cours en C.-B.

Trois hommes s'affairent autour d'une épave.

Des équipes techniques de la Première Nation Ucluelet travaillent avec la Société de restauration côtière pour démanteler un navire abandonné dans la baie Barkley.

Photo : Gracieuseté de la Société de restauration côtière

La Colombie-Britannique finance une vaste corvée de nettoyage du littoral pour une deuxième année consécutive. Des entreprises d’écotourisme, des organisations environnementales et de nombreuses Premières Nations côtières y participent.

Le ministre de l’Environnement, George Hayman, indique que 9,5 millions de dollars sont consacrés à l’initiative cette année. C'est une augmentation importante par rapport à l’an dernier, où près de 130 tonnes de déchets ont été ramassées sur la côte de la province.

Entre 800 et 1200 km de côte devraient être nettoyés cette année. Les débris le plus communs sont des filets de pêche abandonnés, des épaves, de la styromousse et des bouteilles de plastique. Les zones concernées sont Haida Gwaii, la côte centrale, la côte ouest de l’île de Vancouver, la mer des Salish et la baie Desolation.

Des équipes se sont déjà mises au travail et poursuivront leur travail tout au long de l’année.

Ces projets seront entrepris dans des environnements marins dans des circonstances difficiles, de sorte que les conditions météorologiques seront un facteur pour le moment où les travaux pourront être entrepris, précise un porte-parole du ministère par courriel.

C’est le projet de restauration marin le plus ambitieux dont ait jamais eu connaissance le capitaine Josh Temple, de la Société de restauration côtière, l’une des organisations participantes.

Le Canada et la Colombie-Britannique ainsi que nos Premières Nations hôtes et les ONG partenaires jouent un rôle de leadership mondial en donnant l'exemple que, espérons-le, d'autres nations du monde suivront, dit-il.

Un cerf mulet circule au bord de la zone intertidale à marée basse. Une personne qui ramasse des déchets le regarde.

Un cerf mulet s'alimente dans la zone intertidale nouvellement nettoyée grâce aux efforts menés par la Coastal Restoration Society en collaboration avec la Première Nation Ucluelet.

Photo : Offert par la Coastal Restoration Society

George Hayman affirme qu’environ 80 % du plastique amassé l’an dernier ont pu être recyclés et qu'il s’attend à un résultat similaire cette année.

Il reste à voir s’il s’agira d’une initiative récurrente à l’avenir. C’est un financement ponctuel à ce stade, mais c’est un succès, se réjouit le ministre, qui dit être prêt à la défendre auprès de ses collègues.

John Caton, directeur général de la Société d’intendance Maaqutusiis Hahoulthee de la Première Nation Ahousaht, espère que ce sera le cas. Ahousaht, une communauté de l’île de Flores, sur la côte ouest de l’île de Vancouver, est l’une des 17 Premières Nations qui ont confirmé leur participation au projet. Elle travaille de concert avec la Société de restauration côtière.

M. Caton souligne que, non seulement le nettoyage des côtes est une bonne chose pour l’environnement, mais qu’il fournit aussi des emplois aux communautés. Économiquement, c'est un coup de pouce pour les nations, dit-il.

Le Ministère indique que plus de 900 personnes seront employées grâce au nettoyage du littoral de la province cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !