•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté musulmane du Nouveau-Brunswick craint le pire après l’attaque de London

Abdal Khan dans un stationnement.

Abdal Khan est le président de l'Association musulmane de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Tori Weldon (CBC)

Radio-Canada

La communauté musulmane du Nouveau-Brunswick craint le pire après l’attaque de London. L’un de ses leaders réclame la création d’un sommet national sur l’islamophobie pour venir à bout des fausses informations.

Cette semaine, un jeune homme dans un véhicule a foncé sur une famille musulmane à London, en Ontario, tuant quatre personnes et en blessant gravement une autre.

Cela fait craindre le pire à la communauté musulmane du Nouveau-Brunswick. Mais, l’incident ne surprend pas la communauté qui dit déjà être la cible de certaines attaques en raison de leur religion.

Ces derniers mois, les camarades d’un élève d’une école de Fredericton se sont moqués de lui en criant Allah Akbar et en imitant le bruit de bombes. Pendant le ramadan, un homme a crié des injures racistes devant une mosquée de Moncton jusqu’à ce que la police soit prévenue par des fidèles.

Le président de l'Association musulmane de Moncton, Abdal Khan, dit que la crainte d’une attaque s'est amplifiée depuis l’attaque de London.

Il assure que la communauté ne se sent pas en sécurité. M. Khan, d’autres leaders et des membres de la communauté demandent des actions concrètes contre l’islamophobie et les violences faites contre les musulmans précisément parce qu’une telle chose est inconcevable selon les croyances populaires

Lorsque l’eau bout, elle va sortir de la poêle à un moment donné, explique-t-il en assurant qu’il a déjà vu des gens tirés sur le voile de femmes musulmanes dans des centres commerciaux et écoles de la province.

Un sommet contre l’islamophobie

M. Khan croit qu’il devrait y avoir un sommet national sur l'islamophobie afin de créer un plan d’action. Il veut que cette stratégie puisse permettre aux radicaux de l’extrême droite d’avoir accès à la vérité sur la communauté musulmane.

Le président de l'Association musulmane de Moncton soutient que nombreux sont ceux qui se fient à de fausses informations en ligne.

À titre d’exemple, il dit que l’homme devant la mosquée de Moncton criait que les musulmans ne paient pas de taxes et qu'ils épuisent les ressources du pays.

Les gens consomment de fausses informations et ça crée de la haine. Et, cette haine ne peut être atténuée que par l’accès à de vraies informations

Une citation de :Abdal Khan, le président de l'Association musulmane de Moncton

Le premier ministre dénonce le racisme

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick dit avoir entendu parler d’incidents impliquant du racisme dans la province. Selon Blaine Higgs, si l'on ne s’y attaque pas, la situation pourrait s'aggraver.

Il s’agit d’une préoccupation , dit-il.

Blaine Higgs assis en conférence de presse.

Blaine Higgs, le premier ministre du Nouveau-Brunswick (archives)

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Cette semaine, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a dénoncé l’attaque de London, ce qu’a salué M. Higgs.

Ce dernier soutient qu’il doit y avoir une manière de s’attaquer à la propagation de la haine et à la radicalisation, notamment sur Internet. Il compte en discuter à sa prochaine rencontre avec le gouvernement fédéral.

Je veux que la communauté musulmane comprenne que vous êtes appréciés et que nous vous protégerons.

Une citation de :Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Au niveau provincial, son gouvernement procède à une enquête sur le racisme systémique en s'intéressant à tous les groupes pouvant en être victime. La province est toujours à la recherche d’un commissaire.

Le premier ministre dit qu’il est difficile de voir la communauté musulmane vivre dans la peur, mais qu’il les appuiera, parce que le Nouveau-Brunswick a besoin d’eux.

Avec les informations d'Hadeel Ibrahim, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !