•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau de certains lacs donne des maux de tête aux pêcheurs

Des chaloupes à moteur sur une plage au bord d'un lac.

Le niveau de l'eau est bas au lac Victoria.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Le niveau d’eau des lacs de la région demeure très bas en ce début de saison estivale, une situation qui a un impact direct sur la pratique de la pêche.

C’est notamment le cas dans la Réserve faunique La Vérendrye, où le niveau d’eau des lacs Granet et Victoria est problématique.

Je vais dans le Parc depuis les années 80 et ce qu’on vit est exceptionnel, se désole Andy Klink. Il y a des places où on met habituellement les chaloupes à l’eau sans problème et où il n’y a simplement pas d’eau. Il y a peut-être six ou sept pieds d’eau de moins que d’habitude à certains endroits. Avec les plus gros bateaux, c’est très limité pour trouver des endroits où mettre à l’eau. On n’a pas le choix de changer nos endroits pour pêcher, ou changer de bateau. Il faut s’ajuster.

Le niveau du lac Granet est bas à la mi-juin dans la réserve faunique La Vérendrye. Trois embarcations sont placés sur le bord de l'eau près du camping.

Le niveau d'eau est bas à la mi-juin au lac Granet.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Les embarcations qui ont accès aux cours d’eau doivent aussi faire preuve de prudence, avec des obstacles qui remontent davantage à la surface.

On vit de l’inconnu. J’ai vu des montagnes de roches que je n’avais jamais vues auparavant. C’est assez surprenant, ajoute Andy Klink.

Un habitué du camping Baie-des-Sables, Marcel Ouellet, de Val-des-Monts, a constaté avec désolation qu’il ne pourrait mettre son bateau à l’eau dans le lac Victoria.

On vient ici deux à trois fois par année et c’est la première fois qu’on voit l’eau aussi basse, souligne-t-il. Je vais devoir me trouver une autre place pour camper. C’est désolant parce qu’on aime ça ici. Il y a de belles plages et du poisson en masse.

Deux hommes s'affairent près d'un bateau au lac Granet dans la réserve faunique La Vérendrye.

Le niveau d'eau est bas à la mi-juin au lac Granet.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La direction de la Réserve faunique La Vérendrye est bien consciente du problème, qui a été causé par un hiver avec très peu de neige, suivi d’un printemps très sec.

C’est pareil un peu partout au Québec, mais je dirais qu’on n’a pas vu ça depuis 16 ou 17 ans, souligne la directrice Johanne Vienneau. Les deux lacs qui sont les plus touchés pour nous sont très fréquentés. À part pour les plus petites chaloupes, ça pose problème.

La direction doit présentement trouver des alternatives pour ses clients qui ont des réservations, mais qui ne peuvent accéder à ces plans d’eau.

On a la chance d’avoir près de 300 plans d’eau dans la Réserve faunique, précise Mme Vienneau. Oui, ça change les habitudes des gens. Si on est habitué d’aller sur un camping et accéder directement au lac, ça peut changer. Mais les gens comprennent que c’est une situation hors de notre contrôle. On espère que ça va se résorber un peu.

Johanne Vienneau sourit à la caméra, portant une veste de la Sépaq devant le poste d'accueil nord de la réserve faunique.

Johanne Vienneau, directrice de la Réserve faunique La Vérendrye, région Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Johanne Vienneau croit que quelques journées de précipitations pourraient permettre de rehausser le niveau des cours d’eau.

C’est sûr que ça aiderait. Aussi, Hydro-Québec laisse habituellement aller de l’eau du réservoir Dozois vers la mi-juin, ce qui affecte directement les lacs Granet et Victoria. La situation pourrait s’améliorer. En attendant, on va regarder la possibilité d’allonger des rampes de mise à l’eau, mais ça prendrait des autorisations du ministère pour valider de tels travaux. On espère pouvoir offrir des alternatives pour que les gens puissent profiter de leur saison de pêche, a-t-elle conclu.

Logo du vidéojournal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !