•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier libéré après son arrestation vendredi au Manitoba

Maxime Bernier dans le siège arrière d'un véhicule de police, entouré de 3 policiers.

Maxime Bernier, dans un véhicule de la Gendarmerie royale du Canada à Saint-Pierre-Jolys, au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, arrêté plus tôt vendredi par la Gendarmerie royale du Canada après un rassemblement anticonfinement illégal dans le village de Saint-Pierre-Jolys au Manitoba a été relâché en soirée, sous conditions de se conformer aux directives de santé publique de la province.

Maxime Bernier a été libéré plus tôt ce soir par le juge, mais sous conditions de se conformer aux ordonnances de santé publique en vigueur pendant son séjour au Manitoba, a indiqué un porte-parole de la GRC par courriel.

Un communiqué du Parti populaire du Canada indique que son chef, Maxime Bernier, est reparti à Montréal samedi matin.

Vendredi, après avoir donné un discours devant une dizaine de personnes pour dénoncer, entre autres, les ordonnances sanitaires en vigueur, Maxime Bernier leur a serré la main, sans porter de masque. La police l'a placé en état d'arrestation peu après.

Une journaliste de Radio-Canada qui couvrait le rassemblement a filmé les moments qui ont suivi l’arrestation de Maxime Bernier. On le voit assis, menotté, dans un VUS de la GRC, alors qu’un agent de police est en train de lui parler.

Les policiers l'ont ensuite emmené, mais n'ont pas voulu dire où ils allaient.

Maxime Bernier arrêté au Manitoba

Moins d’une heure avant son arrestation, M. Bernier avait tweeté une vidéo le montrant alors qu'il recevait une contravention et une amende de 1296 $.

En entrevue avec Radio-Canada avant son arrestation, Maxime Bernier a qualifié les ordonnances sanitaires du Manitoba de « draconiennes » et déclaré qu'il contesterait sa contravention jusqu'à la Cour suprême, s'il le fallait.

Il a reconnu ne pas s'être placé en quarantaine lorsqu'il est arrivé au Manitoba, comme l'exigent les ordonnances sanitaires.

Il a dit avoir reçu la contravention pour sa participation à un rassemblement à Niverville. Le policier l’a averti qu’il risquait d’être arrêté s’il participait à d’autres rassemblements.

Un porte-parole de la GRC dit que M. Bernier avait connaissance des ordonnances sanitaires et a déjà reçu une contravention. La continuation de l’infraction, une violation des ordonnances sanitaires actuelles au Manitoba, a eu pour résultat son arrestation.

Maxime Bernier est accusé d’avoir participé à un rassemblement dans un lieu public extérieur et de ne pas s’être isolé à son arrivée dans la province, selon la GRC.

Un porte-parole du ministère de la Justice du Manitoba remercie la GRC pour sa collaboration en ce qui concerne l’application des ordonnances sanitaires. Il indique que si M. Bernier est déclaré coupable des infractions, il pourrait être condamné à un maximum de 100 000 $ d’amende, un maximum d’un an de prison, ou les deux.

Tournée du Manitoba

Une publication sur sa page Facebook indique que, du 11 au 13 juin, il devait se rendre dans plusieurs villages du sud-est de la province ainsi qu’à Winnipeg dans le cadre d’une tournée intitulée Mad Max Manitoba Tour.

Les ordonnances sanitaires en vigueur au Manitoba interdisent tout rassemblement extérieur et intérieur et exigent une quarantaine de 14 jours pour les personnes qui entrent dans la province.

Un porte-parole de la province affirmait, jeudi, que les autorités étaient au courant des activités planifiées et qu’il y aurait sur place de la surveillance pour prendre des vidéos et recueillir d’autres preuves de non-respect des mesures sanitaires.

Le porte-parole provincial précisait que les autorités avaient aussi communiqué avec les organisateurs des événements pour leur rappeler les ordonnances en vigueur sur les rassemblements et l’obligation qu’ont les visiteurs de s’isoler pendant 14 jours à leur arrivée dans la province.

En conférence de presse, jeudi, le premier ministre, Brian Pallister, a déclaré que, si Maxime Bernier ne respecte pas les ordonnances, son porte-monnaie sera plus léger.

Avec les informations de Laïssa Pamou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !