•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déconfinement donne de l'espoir aux hôteliers et restaurateurs

La façade de l'hôtel Le Manoir, à Baie-Comeau.

L’hôtel Le Manoir, à Baie-Comeau, accumule les réservations pour les prochains mois.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Alors que le déconfinement s'accélère, hôteliers et restaurateurs témoignent déjà d'un engouement certain de la part de touristes pour l'Est-du-Québec. Certains d'entre eux reçoivent même des demandes de réservations pour septembre prochain.

Les prises de réservation vont bon train, ce qui surprend tout de même l'industrie touristique puisque, généralement, c'est après le 24 juin que les demandes de réservations affluent.

Ces signaux sont positifs et annoncent peut-être déjà une saison encore meilleure que celle de l'an dernier, selon eux.

La présidente du conseil d'administration de l'Association Restauration Québec (ARQ), Claudine Roy, dit que les gens ont besoin de sortir, besoin de prendre l'air, besoin de nature et que les réponses à ces besoins caractérisent les régions de l'Est-du-Québec.

L'achalandage, en Gaspésie, c'est parti! Les gens sont là, ils sont au rendez-vous. Juillet à août, jusqu'à la fin septembre, énormément de réservations et ça, c'est pour l'ensemble du territoire.

Une citation de :Claudine Roy, propriétaire Auberge sous les arbres et présidente du CA de l'ARQ

Cet engouement précoce est aussi observé sur la Côte-Nord.

Carl Beaulieu, sur la terrasse de l'hôtel.

Carl Beaulieu, propriétaire du Bistro La Marée Haute de l’hôtel Le Manoir, se dit surpris par le nombre grandissant de personnes qui appellent pour réserver une table plusieurs semaines à l'avance.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Je dirais que je suis déjà surpris de voir le nombre de réservations que les gens font. Ils prennent de l'avance parce qu'on dirait qu'ils ont peur de ne pas avoir de place cet été, explique le propriétaire du bistro La Marée haute de l'hôtel Le Manoir de Baie-Comeau, Carl Beaulieu.

Je n'ai jamais vécu ça. Depuis le mois de janvier, je prends des réservations pour le restaurant.

Une citation de :Carl Beaulieu, propriétaire du bistro La Marée haute à l'hôtel Le Manoir de Baie-Comeau

Le propriétaire s'est même dit surpris de voir que déjà, certains touristes fréquentent son restaurant beaucoup plus tôt que dans les années précédentes.

Les assouplissements associées à la zone verte plus que bienvenus

Quelques jours après le passage de la Côte-Nord et de la Gaspésie en zone verte, des restaurateurs se réjouissent de l'allégement des mesures sanitaires imposées à leurs établissements. Selon eux, ces allégements ne sont pas étrangers au grande nombre de réservations enregistrées.

Les restaurants peuvent maintenant accueillir jusqu'à 10 convives, provenant d'un maximum de trois adresses différentes, à la même table.

Les établissements doivent continuer de tenir un registre et les clients doivent porter leur masque à l'intérieur, lorsqu'ils ne sont pas assis.

La façade et l'entrée du restaurant-bar Le Blues, à Baie-Comeau.

Le restaurant-bar Le Blues de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

À Baie-Comeau, le propriétaire du Grand Hôtel et du restaurant-bar Le Blues, Denis Harel, est d'avis qu'il s'agit d'un véritable soulagement.

Avec la zone verte, ils peuvent être dix à la même table, fait que ça a vraiment été un cadeau de Noël pour nous autres.

Une citation de :Denis Harel, propriétaire du Grand Hôtel et du restaurant-bar Le Blues

Denis Harel ajoute que de faire respecter les règles sanitaires à certains clients était devenu un réel casse-tête avec l'arrivée du beau temps et la saison des Canadiens de Montréal.

Ça a été une délivrance, de cesser d'argumenter avec les gens qui ne pouvaient pas être plus que deux adultes à une table, ou deux adresses différentes, peu importe l'âge. [...] Ils avaient toujours des prétextes à essayer d'aller contre les lois. Puis, après un an et demi à faire ça, c'était très difficile, explique-t-il.

Denis Harel indique qu'en zone verte, ses clients et lui peuvent donc presque profiter d'un retour à la normale.

Denis Harel, sur la terrasse du bar.

Denis Harel, propriétaire du bar Le Blues de Baie-Comeau, se réjouit de pouvoir accueillir plus de convives à la même table.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

D'après les informations de Zoé Bellehumeur et de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !