•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boues septiques : la MRC Abitibi face à une hausse des tarifs de 84 %

Deux couverts de fosse septique au milieu d'un terrain.

Plusieurs habitations en secteur rural de la MRC Abitibi ont des fosses septiques.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Martin Guindon

Confrontée à une hausse des tarifs de 84 % pour le traitement des boues de fosses septiques en provenance de son territoire par la MRC de la Vallée-de-l’Or, la MRC Abitibi a formé un comité de travail afin d’étudier différentes solutions.

Tous les citoyens ruraux qui ont des fosses septiques ont reçu une lettre pour dire qu’il allait y avoir une augmentation sur la prochaine vidange de leur fosse septique. C’est sûr que ça a fait son petit bonhomme de chemin jusqu’aux différents maires, explique le préfet de la MRC Abitibi, Sébastien D’Astous.

Le dossier a donc rebondi à la table des conseillers de comté, qui ont décidé de former un comité. Selon le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020, les habitants de la MRC Abitibi produisent 1134 tonnes de boues septiques par année. Ce sont des entreprises privées qui font la vidange des fosses et qui ensuite déposent les matières recueillies dans un site autorisé, soit celui de la Vallée-de-l’Or. Toutefois, la nouvelle hausse des tarifs entraîne une remise en question dans la région d’Amos, puisqu’elle se répercute sur la facture de vidange des fosses des citoyens.

C’est un problème qui s’en venait, nous le savions. Alors là, on est en train de regarder la possibilité de faire un nouveau site. Ça pourrait être un nouveau site régional, avec quelques MRC, juste notre MRC ou des municipalités de notre MRC. Ce n’est pas décidé. Il va falloir dans les six à 18 prochains mois établir un plan de match et essayer d’aller chercher des subventions pour pouvoir faire baisser les coûts. On a du temps, on veut le faire comme il faut. On va s’assurer que tous les joueurs qui ont les mêmes besoins que nous, qu’on travaille ensemble, déclare le préfet D’Astous.

Une hausse justifiée

Du côté de la MRC Vallée-de-l’Or, on confirme que les tarifs pour déposer les boues de fosses septiques dans ses installations ont augmenté de 84 % cette année pour les entrepreneurs qui proviennent de l’extérieur du territoire. Ceux de la Vallée-de-l’Or subissent quant à eux une hausse de 38 %.

Par le passé, ça ne coûtait presque rien de traiter les boues usées. En fait, elles n’étaient pas traitées malheureusement. Elles étaient déversées, avec l’autorisation du ministère de l’Environnement et du ministère des Ressources naturelles, sur l’ancien parc à résidus miniers de la East Sullivan, précise le préfet de la MRC Vallée-de-l’Or, Martin Ferron.

Traitement environnemental

Or ce site est en fin de vie utile. La MRC de la Vallée-de-l’Or a donc dû se tourner vers une nouvelle alternative conforme aux normes environnementales. Elle a profité du fait qu’elle devait se doter d’une plateforme de compostage pour les résidus alimentaires domestiques pour y ajouter une section pour les boues septiques. Une fois asséchées, les boues sont compostées et pourront servir à revitaliser le parc à résidus miniers d’Eldorado Gold Québec. Outre l’investissement initial de 6 millions de dollars, la Vallée-de-l’Or doit aussi assumer des coûts d’opération plus élevés. Mais elle estime offrir des tarifs raisonnables.

Ce qu’on facture, ce n’est pas astronomique. On a sorti un chiffre, ça représente 21 000 $ de hausse totale quand on prend toutes les boues qui viennent de l’extérieur de la MRC. On trouve que c’est très acceptable comme coût, c’est une aubaine, on n’est pas là pour faire des profits, c’est à coût nul. C’est juste que ceux qui viennent de l’extérieur ont une différence à payer parce qu’ils ne paient pas de taxes, donc ils paient un équivalent, pour être équitable avec les citoyens ici, souligne le préfet Martin Ferron, qui se dit ouvert à des partenariats avec les autres MRC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !