•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rattrapage des chirurgies : les infirmières sont épuisées, dit la FIQ

Une infirmière dans une salle d'opération.

Les infirmières étaient déjà à bout avant la pandémie, rapporte la FIQ.

Photo : Getty Images / gpointstudio

La Presse canadienne

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, dit comprendre le découragement des gens qui voient que la reprise des chirurgies s'étalera jusqu'en mars 2023, mais elle rappelle qu'il y a un manque d'infirmières, que celles qui sont en poste étaient déjà épuisées avant la pandémie et qu'elles ont vu leurs vacances amputées l'été dernier.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Bédard rapporte que le milieu de la santé a perdu 4000 infirmières en un an.

Et, même avant, des infirmières faisaient des rassemblements pour dénoncer les conditions dans lesquelles elles devaient exercer, avec des équipes de soins parfois réduites de moitié, des heures supplémentaires obligatoires et une augmentation des congés de maladie.

Jeudi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé qu'il se donnait jusqu'à mars 2023 pour réduire la liste d'attente en chirurgie. Il veut la faire passer de 150 000 à 100 000, afin de revenir au niveau d'avant la pandémie de la COVID-19.

Un plan d'action à discuter

Il a d'ailleurs donné le mandat à la sous-ministre Lucie Opatrny de mener des discussions avec les acteurs du réseau de la santé pour élaborer un plan d'action.

Mme Bédard a été invitée à participer à cette table de travail et elle compte bien y insister pour qu'on tienne compte non seulement du nombre d'infirmières disponibles, mais aussi des heures supplémentaires et des risques pour leur santé physique et mentale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !