•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chandail rouge pour dénoncer la réforme de l'éducation

Un homme avec des lunettes brandit un chandail rouge.

L'enseignant Aaron Beckman a créé un groupe sur Facebook pour encourager d'autres Manitobains qui s'opposent au projet de loi 64 à se joindre à lui.

Photo : Bryan Goods

Les instigateurs d'une campagne contre la réforme de l'éducation appellent les Manitobains à porter un chandail rouge tous les vendredis, une façon de manifester leur désaccord au projet de loi 64 du gouvernement provincial.

L'initiative s'inscrit dans le cadre de la campagne du groupe @Red for Ed MB.

Selon Brendan Pizey-Allen, enseignant au Collège Jeanne-Sauvé et membre du groupe @Red for Ed MB, la campagne vise à unir les Manitobains qui sont contre le projet de réforme de l'éducation.

L'objectif, c'est montrer au gouvernement provincial qu'il y a une opposition importante à ce projet de loi et que ce n'est pas juste une minorité de gens qui sont contre. Nous voulons également informer les Manitobains et les sensibiliser à ses conséquences possibles , dit-il.

Le projet de loi prévoit d'unifier les divisions scolaires existantes en une seule entité, appelée Autorité provinciale de l'éducation. Seule la Division scolaire franco-manitobaine serait maintenue en raison du caractère constitutionnel du droit à la gestion scolaire de la minorité francophone.

Un  homme portant un t-shirt rouge et un masque debout dans une salle de classe.

Brendan Pizey-Allen, enseignant au Collège Jeanne-Sauvé et membre du groupe @Red for Ed MB.

Photo : Brendan Pizey-Allen

Brendan Pizey-Allen affirme que le projet de loi 64 est antidémocratique parce qu'il priverait les citoyens du choix des personnes qui seront responsables de l'éducation de leurs enfants.

D'après lui, la fusion de toutes les divisions scolaires de Winnipeg réduirait aussi la représentation des élèves issues des minorités visibles à Winnipeg, une ville qui concentre, selon lui, 63 % de cette catégorie d'élèves au Manitoba.

Une campagne inspirée des États-Unis

L'idée de lancer la campagne a vu le jour après qu'Aaron Beckman, un membre de @Red for Ed MB, eut créé un groupe sur Facebook pour encourager d'autres personnes qui s'opposent au projet de loi 64 à se joindre à lui et à porter un chandail rouge portant les mots Fight Bill 64.

La campagne est inspirée d'initiatives similaires aux États-Unis, où des citoyens s'opposent à des réformes régressives en portant des t-shirts rouges les vendredis. Notre collègue Aaron Beckman a alors commandé des chandails pour les vendre à toutes les personnes souhaitant se joindre à notre groupe, explique Brendan Pizey-Allen.

Chaque chandail coûte 25 $. Le groupe a déjà récolté 3000 $ avec la vente de ces chandails, et les fonds amassés serviront à financer des programmes alimentaires dans les écoles manitobaines.

Notre premier ministre, Brian Pallister, a dit que ce n'est pas au gouvernement de financer des repas dans les écoles et que c'est mieux de s'attaquer aux principales causes de la pauvreté. Nous sommes d'accord là-dessus. Toutefois, nous n’avons vu aucune action du gouvernement pour résoudre ce problème. Donc, nous tentons de soutenir les enfants des familles qui sont dans le besoin, note Brendan Pizey-Allen.

Selon lui, la campagne du chandail rouge durera jusqu'à ce que le projet de loi 64 soit retiré.

Cliff Cullen, le ministre de l'Éducation a à plusieurs reprises répondu à des questions portant sur la réforme depuis le dépôt du projet de loi. Il affirme que la réforme met l'accent sur les changements de gouvernance, mais que la province cherche également à améliorer les résultats des élèves, qui se classent parmi les plus bas au pays, et à transférer davantage de ressources vers les salles de classe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !