•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta veut protéger les établissements communautaires de possibles crimes haineux

Gros plan sur une barrière de fer forgée surmontée du croissant et de l'étoile musulmans

Les fonds disponibles pour le programme pilote atteindront un million de dollars l'année prochaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement albertain lancera un nouveau programme pilote afin de mieux protéger les communautés ethniques, religieuses ou autochtones vulnérables ou susceptibles d'être victimes de crime haineux.

L’initiative débute cet automne dans la province avec un fonds de 500 000 $ pour mieux équiper les infrastructures de ces communautés en équipement de sécurité.

Avec des systèmes d’alarme, des caméras de surveillance ou [...] de la peinture anti-graffiti, a mentionné à titre d'exemple le ministre de la Justice de l'Alberta, Kaycee Madu.

Les organisations admissibles peuvent recevoir jusqu’à 90 000 $ pour améliorer la sûreté de leur installation et demander une aide, à hauteur de 10 000 $, pour la formation et une évaluation des risques.

C’est une subvention assez importante pour protéger les installations communautaires [d'actes de violence ou de vandalisme haineux], a ajouté le premier ministre de la province, Jason Kenney, lors du point de presse devant la mosquée Al-Rashid d'Edmonton.

Cette mesure arrive dans la foulée de l’attaque de London, où quatre membres d’une famille de confession musulmane ont été happés mortellement par un véhicule dimanche dernier.

Les communautés religieuses et ethniques minoritaires au Canada sont toujours à risque d’être la cible de ces crimes motivés par la haine, a affirmé Jason Kenney. C’est une honte nationale à laquelle nous devons faire face.

Cette semaine, le gouvernement annonçait qu'il voulait durcir le ton face à cette question.

L’imam Sadique Pathan, de la mosquée Al-Rashid, salue la prise de position des autorités albertaines, mais estime que sa communauté risque toujours d'être victime de ce genre d'événement.

L’islamophobie n’est pas unique à cette attaque en Ontario. Il semble y avoir un modèle alarmant qui se répète.

Selon Sadique Pathan, il faut réussir à créer des ponts à l'échelle communautaire pour endiguer ce problème. C'est le temps de se rassembler pour affronter [le racisme].

Jason Kenney a dit par ailleurs qu'il était prêt à bonifier les fonds du programme, si le besoin s’en fait sentir. Nous allons mesurer la demande, et s'il faut augmenter les fonds disponibles, nous le ferons, a-t-il précisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !