•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dr Ngola a l'intention de poursuivre le Nouveau-Brunswick et la GRC

Un homme regarde la camera.

Le Dr Jean Robert Ngola demande au premier ministre de lui présenter des excuses publiques.

Photo : CBC / Mia Sheldon

Radio-Canada

Après avoir lancé un ultimatum au premier ministre Blaine Higgs afin d'obtenir des excuses publiques, les avocats du Dr Jean Robert Ngola annoncent qu'ils vont déposer un avis de poursuite contre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Les avocats du Dr Jean-Robert Ngola, Christian Michaud et Joël Étienne, ont annoncé vendredi avoir entamé la prochaine étape.

Les avocats du médecin soutiennent que leur client souffre depuis plus d'un an.

Un homme en entrevue.

L'un des avocats de Jean Robert Ngola, Christian Michaud (archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Le Dr Jean Robert Ngola était accusé d’avoir enfreint la Loi sur les mesures d'urgence du Nouveau-Brunswick, en lien avec des actions commises pendant la pandémie. La Couronne a abandonné la poursuite contre le Dr Ngola le 4 juin, mais les avocats de ce dernier exigent des excuses de la part du premier ministre.

Ils avaient alors donné une semaine à Blaine Higgs pour présenter des excuses, sans quoi ils menaçaient de lancer des démarches juridiques.

Les avocats du Dr Ngola déplorent que le premier ministre ait jeté le blâme sur le médecin en insinuant qu'il ne s'était pas isolé en arrivant dans la province. C'était au printemps 2020, lors d'une importante éclosion de COVID-19 dans le Restigouche.

Au cours d'un point de presse, le 27 mai 2020, le premier ministre du Nouveau-Brunswick avait qualifié d’irresponsable un travailleur de la santé qui n'avait pas été honnête sur les raisons de son déplacement. Il n'avait pas nommé le Dr Ngola, mais s’était publiquement demandé si des accusations étaient de mise dans cette affaire.

Le premier ministre Blaine Higgs a toujours refusé de s'excuser pour ces propos.

Les réclamations de la poursuite

La poursuite accuse de racisme la province et la Gendarmerie royale du Canada. Elle réclame de ces derniers qu’ils s'engagent dans un processus qui doit faire en sorte de protéger tous les citoyens, racialisés ou non, de tout abus de leur part.

Le Dr Ngola réclame toujours des excuses publiques de la part du gouvernement et de la GRC.

Le but aujourd’hui est que plus rien de pareil ne puisse se produire auprès de quelqu’un dans l’exercice de ses fonctions, quelle que soit la couleur de sa peau ou sa race, a tenu à dire Jean Robert Ngola vendredi après-midi.

Personne n'est au-dessus de la loi et tout le monde doit être présumé innocent. Dans ce dossier, le premier ministre a voulu blâmer le Dr Ngola d'un problème d'éclosion dans la région de Campbellton, sans avoir aucune preuve pour démontrer que c'était lui et surtout sans démontrer qu'il a violé quelques règles que ce soit, ajoute son avocat Christian Michaud.

Joël Étienne, avocat spécialisé en immigration.

L'avocat Joël Étienne (archives)

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

La poursuite réclame aussi une indemnisation et des dommages-intérêts punitifs ainsi que le remboursement de ses frais juridiques.

Ce que la demande ne contient pas, pour maintenant, est le montant d'argent que nous recherchons. Très franchement, la question est secondaire par rapport à ce qui est vraiment important : les mesures de justices réparatrices que nous cherchons pour faire en sorte que quelque chose comme cela ne se reproduise jamais, a expliqué l'avocat Joël Étienne lors du point de presse.

Higgs ne s'excusera pas

Le premier ministre maintient sa position. Vendredi, Blaine Higgs a répété qu'il n'avait pas l'intention de s'excuser.

Lorsque des journalistes lui ont demandé s'il considère toujours que le médecin a été irresponsable, il a répondu j'aimerais que toutes les informations soient rendues publiques et laisser la population le déterminer.

Nous avons eu amplement de discussion à propos de ceci et il n'y a qu'un moyen pour y mettre fin, ajoute-t-il.

Mardi, Blaine Higgs a publiquement demandé au Dr Ngola de l'autoriser à révéler des informations privées potentiellement incriminantes.

Le premier ministre a affirmé qu'il ne pouvait pas divulguer ces informations en vertu de la Loi sur la protection de la vie privée et a demandé au Dr Ngola de promettre de ne pas le poursuivre pour violation de la vie privée.

L'équipe de défense du Dr Ngola a vivement dénoncé les propos de Blaine Higgs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.