•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camionneurs tenus d'utiliser des carnets de bord électroniques dès samedi

Ottawa souhaite ainsi diminuer la fatigue au volant dans l'industrie du transport.

Un homme utilise un carnet de bord électronique à bord de son camion.

Le camionneur manitobain Jesse Scobie utilise un dispositif de consignation électronique depuis plusieurs années déjà.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

À compter de samedi, les camionneurs du pays devront utiliser des carnets de bord électroniques pour consigner les heures passées au volant. Le gouvernement veut ainsi les obliger à respecter les règles qui limitent leurs heures de conduite quotidiennes.

L’utilisation de dispositifs de consignation électronique (DCE) devient obligatoire pour tous les conducteurs de semi-remorques qui circulent entre les provinces, à la suite des changements dans la réglementation fédérale de la sécurité routière.

Ces DCE remplaceront les carnets de bord en papier à partir du 12 juin. Leur utilisation deviendra obligatoire dans les camions et les autobus commerciaux qui traversent les frontières provinciales et territoriales, notamment en vertu d'un règlement fédéral visant à prévenir la fatigue chez les conducteurs commerciaux.

Des défenseurs de l’industrie tels que Stephen Laskowski, le président de l'Alliance canadienne du camionnage, se réjouissent de ce changement.

Cela va obliger les entreprises de camionnage à entrer dans le jeu, à se conformer à la réglementation et à assurer la sécurité ou à en subir les conséquences, déclare-t-il.

Pour l'industrie elle-même, ce sera un grand jour.

Une citation de :Stephen Laskowski, président de l'Alliance canadienne du camionnage

Vers un travail plus sécuritaire

L'obligation d'utiliser les DCE cible les 15 à 25 % de l'industrie du camionnage qui, selon M. Laskowski, prennent souvent des raccourcis en matière de réglementation.

Selon des règles fédérales sur les heures de service, les chauffeurs ne peuvent pas conduire plus de 13 heures par jour. Ils doivent disposer d'au moins 10 heures de repos par jour, dont au moins 8 heures consécutives.

Selon Transport Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux ont enregistré une moyenne annuelle de 9400 infractions aux règles sur les heures de service, commises par les conducteurs entre 2010 et 2015.

Environ le quart de ces infractions concernaient le dépassement du nombre d'heures maximum. Près de la moitié de ces condamnations touchaient l'omission de tenir ou de produire une fiche journalière.

Selon Stephen Laskowski, les DCE devraient contribuer à améliorer cette situation. Cela va rendre les routes canadiennes plus sûres et faire en sorte que l'industrie soit plus agréable pour y travailler, souligne-t-il.

Un vétéran sceptique

Selon Jesse Scobie, un camionneur de longue date qui utilise un carnet de bord électronique depuis que ceux-ci sont obligatoires aux États-Unis, ces dispositifs sont une distraction de plus.

Jesse Scobie met en doute le rôle de ces appareils dans l’amélioration de la sécurité routière.

Il y a des moments où cela constitue une distraction, affirme-t-il. Le dispositif émet une petite lumière rouge, donne des avertissements vocaux agaçants.

Ils sont à la fois un bien et un mal.

Une citation de :Jesse Scobie, camionneur de métier

Même si les carnets de bord électronique deviennent obligatoires au Canada à compter de samedi, Transport Canada affirme que les exploitants ne seront pas pénalisés pour les camions qui ne sont pas munis d'un dispositif approuvé avant juin 2022. Selon Cybelle Morin, porte-parole de Transport Canada, les mesures d'application commenceront plutôt par l'information et la sensibilisation.

Cette période [d’adaptation], qui sera élaborée avec l'appui des provinces et des territoires et en consultation avec l'industrie, donnera suffisamment de temps pour obtenir et installer des dispositifs de consignation électronique certifiés sans pénalité, déclare-t-elle dans un courriel à CBC/Radio-Canada.

Des appareils certifiés

Selon Stephen Laskowski, environ 70 % des camions au Canada sont déjà équipés de DCE, entre autres parce que les États-Unis les utilisent depuis 2017.

Cybelle Morin estime que l’exemple américain a servi à déterminer les problèmes concernant l'exactitude et la fiabilité des dispositifs. Ceux qui seront utilisés au Canada seront soumis à un processus de certification par une tierce partie, afin de les rendre moins susceptibles d'être trafiqués ou facilement piratés.

Le Ministère a inclus l'exigence d'un processus de certification par une tierce partie afin de garantir que les dispositifs seront inviolables, explique Cybelle Morin.

Un carnet de bord électronique dans un camion.

Dès le 12 juin, l'utilisation des dispositifs de consignation électronique deviendra obligatoire dans les camions et les autobus commerciaux.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Transport Canada indique que l'entreprise FPInnovations, de Pointe-Claire, au Québec, est la première accréditée pour tester les dispositifs en vue de leur certification. Une fois certifié, un appareil sera affiché sur le site web de Transport Canada.

Selon M. Laskowski, le processus de certification des dispositifs a été ralenti par la pandémie de COVID-19, ce qui rend peu probable l’application intégrale des carnets de bord électroniques dès samedi.

Les entreprises disposeront donc d'un an pour installer ces dispositifs certifiés dans tous leurs camions.

Au Manitoba, la réglementation sur ces appareils n'entrera pas en vigueur avant le mois de décembre.

Mise en garde

En 2020, le FBI américain a mis en garde le secteur des transports contre les cybercriminels qui pourraient exploiter les vulnérabilités des DCE.

La question des carnets de bord électroniques a notamment été soulevée lorsqu'un camionneur de Winnipeg, Sarbjit Matharu, a été condamné par un tribunal de Toronto le 30 avril dernier, en lien avec un terrible accident qui s’était déroulé sur l'autoroute 400 et qui avait fait quatre morts en 2016.

Selon la décision du juge, Sarbjit Matharu a admis avoir fait une fausse entrée dans son carnet de bord pour faire croire qu'il avait suffisamment dormi, au cas où il aurait été arrêté et subi une inspection.

Transport Canada dit qu'il est au courant du rapport du FBI, mais qu'il n'a reçu aucun rapport de piratage de dispositifs de consignation électronique au Canada à ce jour.

Avec les informations de Vera-Lynn Kubinec et Caroline Barghout, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !