•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de semaine de relâche pour les étudiants du Cégep de Sept-Îles cet automne

Le Cégep de Sept-Îles

Le Cégep de Sept-Îles (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Cégep de Sept-Îles a dévoilé son calendrier scolaire 2021-2022, mais il ne fait pas l'unanimité chez les étudiants. Pendant la semaine de relâche d'octobre, les cours seront suspendus, mais le Cégep tiendra des journées d'évaluation et de soutien à la réussite.

Le Cégep de Sept-Îles explique cette décision par la nécessité de faire du rattrapage avec les étudiants qui pourraient avoir du retard dans leur parcours académique en raison de la pandémie de COVID-19.

La directrice des études du Cégep, Marie-Ève Vaillancourt explique qu'environ 300 nouveaux cégépiens arriveront à l'automne et que certains d'entre eux auront besoin de plus d'encadrement.

On va accueillir des étudiants qui n'auront pas forcément eu le même parcours que ceux qu'on reçoit habituellement. Donc il va y avoir du rattrapage à faire, il va y avoir des mises à niveau, un plus grand suivi, un plus grand encadrement à faire avec ces jeunes-là. Ce qui fait en sorte qu'on va avoir besoin de cette semaine-là en octobre pour faire ce suivi plus serré pour le bien de l'étudiant et pour sa réussite, affirme Mme Vaillancourt.

Une femme devant l'entrée du Cégep de Sept-Îles.

La directrice des études du Cégep de Sept-Îles, Marie-Ève Vaillancourt (archives)

Photo : Radio-Canada

Des étudiants déçus

Certains étudiants sont mécontents de la situation. Angélique Minier, étudiante au Cégep de Sept-Îles et originaire d'Alma au Lac-Saint-Jean, craint de ne pas pouvoir retourner dans sa famille si elle a des examens pendant la mi-session.

C'est un cégep qui encourage les étudiants de l'extérieur à venir étudier. Mais justement on n'a pas de moment pour retourner voir nos familles. Alors c'est plate pour tous ces étudiants-là. Il y en a plusieurs qui sont venus m'écrire : moi je viens de telle place, j'aurais aimé ça aller voir ma famille. Là, on ne pourra pas, se désole l’étudiante.

La direction est consciente que sa décision ne fait pas l'unanimité, mais soutient qu'elle a été prise dans la meilleure perspective possible pour la réussite de ses étudiants.

De son côté, Angélique Minier souhaite toujours que la direction change les dates d'évaluation.

Avec les informations de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !