•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 66 % d'Estriens vaccinés protègent les autres

Une personne administre un vaccin dans le bras d'une autre personne.

Les personnes non vaccinées commencent à tirer avantage de l'immunité collective (archives).

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

La couverture vaccinale en Estrie commence à être bien étendue, et les données démontrent que plus la vaccination augmente, plus elle protège ceux qui ne sont pas vaccinés.

Dans la région, un peu plus de 66 % de la population estrienne a reçu une première dose de vaccin. Le microbiologiste infectiologue au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Alex Carignan, explique cela entraîne une immunité de masse.

 Lorsque l’on parle de l’immunité de groupe, c’est qu’on arrive à un certain point que même les non-vaccinés se retrouvent en quelque sorte protégés. C’est un peu comme s’il y avait un bouclier de gens protégés autour d’eux , compare le Dr Carignan.

Un homme avec des lunettes

Le microbiologiste infectiologue au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Dr Alex Carignan.

Photo : Radio-Canada

En entrevue à l’émission Vivement le retour, le Dr Carignan a cité une analyse faite en Israël à ce sujet.

« Il a été observé que plus le taux de vaccination était élevé, plus le taux d’infection chez les enfants, qui ne peuvent pas être vaccinés, diminuait. C’est un phénomène bien connu en vaccination que l’on observe maintenant avec la COVID », indique le Dr Carignan.

Les gens non vaccinés doivent savoir qu’ils tirent avantage de la vaccination des autres.

Une citation de :Dr Alex Carignan, microbiologiste infectiologue au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

La santé publique mentionnait d'ailleurs en début de semaine que les moyens usuels pour promouvoir la vaccination commençaient à s'essouffler, et se tournait vers de nouvelles stratégies. L'une d'elles, l'autobus mobile de vaccination, sera de passage au parc Jacques-Cartier de Sherbrooke vendredi, de midi à 15 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !