•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des scientifiques des Grands Lacs africains au profit de lacs ontariens

Grands lacs africains.

Les Grands Lacs africains sont une chaîne de sept lacs qui contiennent 25% de l'eau douce de la planète.

Photo : Soumise par le Centre africain de recherche et d’éducation aquatiques

Radio-Canada

Une douzaine de jeunes scientifiques africaines pourraient bientôt venir travailler dans la Région des lacs expérimentaux (RLE), un centre de recherche de renommée internationale regroupant 58 lacs du Nord-Ouest de l’Ontario.

C’est ce que prévoit un partenariat avec le Centre africain de recherche et d’éducation aquatiques, qui est chapeauté par l'Institut international du développement durable (IIDD) au même titre que le RLE.

Il s'agit d'une première. Le programme, qui durera dix mois, devait débuter il y a deux ans. Il a toutefois été interrompu par la pandémie, car les participantes ne pouvaient plus voyager.

Il y a beaucoup d'inégalités entre les sexes en Afrique, surtout dans le domaine des sciences. Donc, ce que nous avons vu en Afrique, c'est que la perspective des femmes est fortement diluée en raison de cette disparité, soutient Ted Lawrence, directeur général du Centre africain de recherche et d'éducation aquatique et un conseiller politique principal pour l'IIDD.

Les chercheuses ont travaillé sur les Grands Lacs africains, une chaîne de sept lacs qui contient 25 % de l'eau douce de la planète.

Les Grands Lacs africains sont de nature tropicale et les nôtres sont tempérés. Mais beaucoup d'approches scientifiques sont similaires et c'est là que nous établissons des liens. Comment approcher ces grandes masses d'eau, avec quel équipement, dans quelle direction ?

Une citation de :Ted Lawrence, directeur général du Centre africain de recherche et d'éducation aquatique et un conseiller politique principal pour l'IIDD
Une femme dans un sarrau blanc observe un échantillon d'eau dans un grand cylindre gradué.

Sharon Gubamwoyo est une scientifique qui étudie les Grands Lacs africains. Elle fait partie du programme du Centre africain de recherche et d'éducation aquatique qui souhaite faire venir jusqu'à 12 jeunes femmes de la région des Grands Lacs africains dans la Région des lacs expérimentaux de l'Ontario.

Photo : Soumise par Ted Lawrence

L'objectif principal du programme est de faire progresser les études et les carrières des jeunes scientifiques africaines et de les exposer au monde de la recherche canadienne.

Ces étudiantes et ces femmes en début de carrière apporteront l'expérience et la perspective du travail sur les Grands Lacs africains à nos experts ici, donc ce sera du donnant-donnant , précise Ted Lawrence.

Et nous allons les exposer à certaines des infrastructures, des sciences et des approches que nous avons sur les Grands Lacs nord-américains, et les lacs de la Région des lacs expérimentaux. Nous espérons donc que ce sera la première fois que nous aurons cet afflux massif de scientifiques africaines , poursuit-il.

Le directeur général Lawrence fera une présentation jeudi soir aux clubs Rotary de Dryden, Kenora et Sioux Lookout, ce qui pourrait amener le club à parrainer certaines des jeunes femmes pour qu'elles puissent venir au Canada.

Le projet devrait se dérouler en 2022.

Avec les informations de CBC, et Jeff Walters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !