•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nation Squamish demande un moratoire sur l'exploitation des forêts anciennes

Un ruisseau dans une forêt.

La Nation Squamish affirme que 56 % des forêts anciennes de son territoire ne sont pas protégées.

Photo : Nation Squamish

Radio-Canada

La Première Nation Squamish demande au gouvernement de la Colombie-Britannique de reporter immédiatement l'exploitation des forêts anciennes sur son territoire.

La nation ne donne pas son consentement pour la poursuite de l'exploitation forestière ancienne sur son territoire, peut-on lire dans le communiqué. Elle affirme que 56 % des forêts anciennes de son territoire de 6900 kilomètres carrés ne sont pas protégées.

La Première Nation dit avoir découvert au moins 20 blocs de coupe à moins de 150 kilomètres de Vancouver, où des activités d'exploitation de forêts anciennes ont été proposées.

Dans une lettre adressée au premier ministre, John Horgan, et à la ministre des Forêts, Katrin Conroy, elle dénonce le manque d’action de la province en ce qui concerne la mise en œuvre des recommandations de la revue stratégique A New Future for Old Forests (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Le rapport, qui est entre les mains du gouvernement depuis avril 2020, exhorte la province à reporter l'exploitation forestière dans les forêts anciennes à risque de perte irréversible de biodiversité. Un délai de six mois était recommandé pour ce faire, avant de passer à un système plus durable. Le rapport recommande également de soutenir la pleine participation des nations autochtones tout au long du processus.

La ministre des Forêts, Katrine Conroy, dit que la province est déjà en pourparlers avec la nation Squamish à ce sujet. Elle souligne que, plus tôt, cette année, elles ont conclu un accord pour protéger une zone sur la côte Sunshine.

Notre gouvernement a reçu plusieurs demandes de report de la part des Premières Nations et a répondu à toutes ces demandes. Un grand nombre de ces discussions sont en cours, et nous prévoyons d'annoncer des reports supplémentaires cet été, dit Katrine Conroy dans une déclaration.

Étant donné qu'il y a plusieurs régions en Colombie-Britannique qui ont des territoires traditionnels qui se chevauchent, la province devra avoir des échanges avec toutes les Premières Nations touchées avant d'accepter officiellement toute demande de report.

Selon le communiqué des Squamish, le plan d'aménagement de son territoire de 2001 souligne l'importance de protéger les forêts anciennes. La Première Nation indique qu'elle mettra à jour le plan cette année en tenant compte des modifications législatives et jurisprudentielles reconnaissant les titres et les droits autochtones.

Le premier ministre, John Horgan, a annoncé mercredi que la Colombie-Britannique avait approuvé la demande de trois Premières Nations de reporter l'exploitation forestière sur plus de 2000 hectares de forêts anciennes dans le sud-ouest de l'île de Vancouver.

La province agirait aussi rapidement que possible en ce qui concerne les demandes d'autres Premières Nations, avait-il déclaré à ce moment.

Avec des informations de Brenna Owen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !