•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC de la Saskatchewan travaillera avec deux infirmières psychiatriques

Un écusson de la Gendarmerie royale du Canada.

Les deux infirmières seront basées dans le centre des communications de la GRC à Regina dans le cadre d'un projet pilote qui doit durer 12 mois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Gendarmerie royale de la Saskatchewan (GRC) sera désormais appuyée par deux infirmières psychiatriques qui pourront aider les agents par téléphone lorsqu'ils font des interventions portant sur la santé mentale.

Les deux infirmières de l'Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) seront basées dans le centre des communications de la GRC à Regina dans ce projet pilote qui doit durer 12 mois.

Un communiqué de la GRC indique que l'objectif est de pouvoir diriger les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale vers les bons services et, ainsi, d'éviter d’avoir à les envoyer aux urgences ou en prison.

Les infirmières pourront donner des conseils en matière d’intervention et du soutien, faire des recommandations et diriger la personne vers le meilleur service.

Elles seront également en mesure de parler aux personnes concernées pour les aider à trouver les bonnes ressources au sein de la communauté pour trouver de l’aide.

J’espère que ce projet permettra de démontrer notre souhait de désamorcer des crises, de trouver les bonnes ressources, de faire des suivis en santé, et ainsi d'éviter les urgences et d’envoyer les personnes en cellule.

Une citation de :Surintendant principal Alfredo Bangloy, agent responsable des opérations criminelles pour la GRC en Saskatchewan

Ces deux infirmières seront disponibles pour tous les détachements de la GRC en Saskatchewan sauf dans les régions où le programme Police and Crisis Team (PACT) est déjà en fonction, comme à North Battleford, à Yorkton, à Moose Jaw, à Regina, à Saskatoon, à Prince Albert et à Estevan.

Le PACT travaille avec la SHA en mettant des professionnels de la santé mentale au service des corps policiers pour répondre à certains appels de crise de santé mentale et de dépendance.

Ce programme s’inspire des initiatives du PACT de la province, dont le but est de favoriser l’atteinte de meilleurs résultats pour les personnes et les familles qui sont aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Une citation de :Everett Hindley, ministre de la Santé mentale et des Dépendances

La GRC affirme que la SHA et le corps policier ne partageront pas leurs systèmes d’information respectifs.

Les interventions seront menées conformément à la Loi sur la protection des informations sur la santé de la Saskatchewan et à la Loi sur la protection des renseignements personnels du Canada, pour s’assurer que les renseignements personnels sont protégés , indique le communiqué de la GRC.

Avec les informations de Scott Larson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !