•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre culturel Aberdeen passe à une nouvelle étape de rénovations

Porte d'entrée du Centre culturel Aberdeen à Moncton

Le Centre culturel Aberdeen, installé dans l'ancienne école du même nom, a ouvert ses portes en 1986.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le coeur de la culture acadienne à Moncton, le Centre culturel Aberdeen, se porte mieux que jamais, et ce, malgré la pandémie.

Il vient d'ailleurs de recevoir plus de 230 000 $ du gouvernement fédéral. L’argent sert à remplacer 40 fenêtres, installer un nouveau plancher plus facile à entretenir dans la salle de spectacles Bernard-LeBlanc et acheter un nouvel écran de cinéma.

Ces travaux font partie d'un très long projet de rénovation de l'édifice âgé de 100 ans. Jusqu'à maintenant, les rénovations, effectuées en plusieurs étapes, ont coûté environ 7 millions de dollars.

Même avec cette nouvelle phase, le projet n'est pas encore achevé. Il faudra encore remplacer une centaine de fenêtres. L’édifice en compte 200 en tout.

Cette ancienne école est en bien meilleur état qu'il y a une dizaine d'années. Le directeur général, René Légère, expliquait en 2009 que le toit coulait et que le chauffage tombait parfois en panne en plein hiver.

Comment les choses se passent-elles aujourd’hui après 15 mois de pandémie au cours desquels le Centre culturel Aberdeen n’a pu présenter aucun spectacle devant public? La réponse de M. Légère a de quoi étonner.

Aussi drôle que ça puisse paraître, ça va bien. On vient de connaître une année totalement différente. Mais on a quand même réussi, malgré tout, à générer des projets, puis à générer de l'activité dans le centre. Évidemment, sans public, mais bon, ça fait partie de la donne, indique René Légère.

On a développé une nouvelle expertise en termes de production de produits numériques. Je pense que c'est une nouvelle avenue pour le Centre culturel Aberdeen. Il y a un besoin. Et je crois que ce besoin-là va se poursuivre une fois la pandémie terminée.

Une citation de :René Légère, directeur général du Centre culturel Aberdeen

Je pense qu'on a fait le virage assez rapidement lorsqu'on a été obligé de fermer le centre au mois de mars 2020. On a regardé quelles étaient les options, puis on s'est dit [que] les gens veulent continuer à produire des spectacles, des événements, et ils veulent le faire par le web, par les plateformes numériques. Donc, nous, on a décidé d'ouvrir le centre pour ces productions-là. Ce qui fait qu'on a accueilli des compagnies, des boîtes de production pour produire du contenu que les gens ont pu voir en ligne, explique René Légère.

Être à la hauteur des rêves

Des intervenants d'un peu partout observent comment fonctionne le Centre culturel Aberdeen. Il y a ici des leçons à tirer sur la création d'un centre culturel dynamique.

La première des choses, c'est d'être à l'écoute des membres qui composent votre infrastructure, de bien comprendre quels sont leurs besoins. Puis, après ça, de travailler sur un projet qui s'assure de les intégrer, de les accompagner, d'être à la hauteur de leurs rêves. Et je pense qu'une fois que ce travail-là est fait, c'est de le présenter la valeur du projet aux gouvernements qui offrent des financements pour faire le travail, souligne René Légère.

Le Centre culturel Aberdeen à MonctonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Centre culturel Aberdeen à Moncton compte environ 300 fenêtres. Une quarantaine d'entre elles seront bientôt remplacées (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Quand les dirigeants du Centre culturel Aberdeen planifiaient les rénovations, ils se sont vite rendu compte qu'ils ne pouvaient pas tout refaire d'un seul coup. Pour obtenir des fonds des gouvernements, ils devaient en investir eux aussi.

C'est ce qui explique que les travaux durent depuis au moins dix ans. Ils ne seront jamais terminés parce qu'il faut constamment entretenir le vieil édifice.

D'après un reportage de Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !