•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ néglige le développement régional, selon Pascal Bérubé

Pascal Bérubé en conférence de presse. Derrière, on aperçoit son chef Paul St-Pierre Plamondon.

Pascal Bérubé déplore que personne n'ait été nommé pour remplacer Marie-Eve Proulx à titre de ministre déléguée au Développement économique régional (archives).

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le député de Matane–Matapédia, Pascal Bérubé, considère que le gouvernement de François Legault néglige le développement régional depuis le départ de Marie-Eve Proulx du Conseil des ministres.

Le 4 mai dernier, Marie-Eve Proulx, qui était ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, remettait sa démission du Conseil des ministres.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a alors été nommée ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, mais aucune nomination n'a été faite pour remplacer Mme Proulx au Développement économique régional.

Quand on regarde la structure du gouvernement du Québec, il n'y a plus de ministre à proprement dit qui plaide pour les régions, affirme Pascal Bérubé en entrevue à l'émission Info-réveil.

On pourrait même ajouter qu'avec le départ de M. Fitzgibbon, [l'ex-ministre de l'Économie] qui était dans la même équipe, il n'y a plus d'assurance qu'on tienne compte de nos enjeux et ça tend à paraître, ajoute le député péquiste.

Quand on plaide que le troisième lien, c'est un projet pour l'Est-du-Québec, si c'est le meilleur argument qu'on a pour plaider pour notre région, je trouve qu'on est loin de notre réalité quotidienne.

Une citation de :Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

M. Bérubé estime que la CAQ est urbanocentriste et que plusieurs dossiers régionaux risquent d'en souffrir. Il cite les infrastructures des municipalités, le prolongement de l'autoroute 20, le dossier d'Internet haute vitesse et d'autres enjeux propres à la région, comme les problèmes de recrutement d'infirmières spécialisées.

Pour se faire entendre, ça prend des porteurs de dossiers, affirme-t-il.

Le député rappelle d'ailleurs qu'il avait soumis il y a deux ans une proposition pour favoriser une collaboration non partisane des députés régionaux.

J'avais proposé la création d'un caucus de la ruralité à l'Assemblée nationale, c'est-à-dire des députés de tous les partis qui se réunissent pour réfléchir et proposer des enjeux propres aux comtés ruraux. J'ai fait cette proposition en 2019, le gouvernement n'a jamais répondu, regrette M. Bérubé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !