•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AstraZeneca : l'Ontario devrait devancer la 2e dose, selon plusieurs experts

 Une infirmière tient une dose du vaccin d'AstraZeneca. Elle s'en sert pour remplir une seringue.

En Ontario, les résidents qui ont eu une dose d'AstraZeneca doivent attendre 12 semaines avant leur deuxième dose, que ce soit une autre dose d'AstraZeneca ou une dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Plusieurs spécialistes pressent le gouvernement Ford d'écourter à huit semaines l'intervalle entre les deux doses de vaccin pour ceux qui ont eu une première dose d'AstraZeneca.

La province a raccourci cet intervalle de 16 à 12 semaines à la fin mai, mais a rejeté encore jeudi les appels d'experts qui disent qu'il faut accélérer davantage l'administration des deuxièmes doses face au risque posé par le variant Delta, qui est plus contagieux.

Actuellement, cette attente de 12 semaines s'applique même si l'individu qui a reçu une première dose d'AstraZeneca veut recevoir un vaccin à ARN (Pfizer ou Moderna) comme deuxième dose, ce qui est autorisé en Ontario.

De leur côté, les Ontariens qui ont eu une première dose de Pfizer ou de Moderna peuvent avoir leur rappel après seulement huit semaines.

Il faut offrir les deuxièmes doses rapidement, affirme le Dr Isaac Bogoch, qui fait partie du groupe provincial de distribution des vaccins, mais qui diverge d'opinion avec le gouvernement au sujet du vaccin d'AstraZeneca.

Il s'agit d'une crise. Même si les infections diminuent, que les hôpitaux sont en train de décompresser et que la vaccination va de l'avant - tous de bons signes - nous faisons toujours face au variant Delta.

Une citation de :Le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses à l'Hôpital général de Toronto

Il cite l'exemple de la Grande-Bretagne, où les infections ont bondi au cours des dernières semaines à cause du variant B.1.617.2. Ce variant va cibler les gens qui ne sont pas vaccinés et les communautés sous-vaccinées, note-t-il.

Il souligne qu'il faut deux doses de vaccin pour avoir une meilleure protection contre ce variant.

Le ministère de la Santé affirme que l'intervalle de 12 semaines fournit une meilleure réponse immunitaire qu'un écart plus court [entre les deux doses].

Le Dr Dirk Huyer, coroner en chef de l'Ontario et membre du groupe provincial de distribution des vaccins, ajoute qu'il y a peu de données actuellement sur l'intervalle idéal entre une première dose d'AstraZeneca et une deuxième d'un autre vaccin. Nous allons continuer d'évaluer toutes les données disponibles, dit-il.

Même son de cloche de la part de la médecin hygiéniste adjointe de l'Ontario, la Dre Barbara Yaffe.

L'attachée de presse de la ministre de la Santé, Christine Elliott, n'a pas répondu à nos questions.

D'autres provinces ont devancé les 2e doses

La Colombie-Britannique, l'Alberta et le Québec, notamment, recommandent à tous leurs résidents d'avoir leur deuxième dose après huit semaines, peu importe s'ils ont eu le vaccin d'AstraZeneca, Pfizer ou Moderna comme première dose.

La Dre Caroline Quach-Thanh, pédiatre microbiologiste infectiologue au CHU Sainte-Justine, à Montréal, explique que l'intervalle de 12 semaines est fondé sur les essais cliniques réalisés auprès de ceux qui ont reçu deux doses d'AstraZeneca. En d'autres mots, ces conclusions ne s'appliquent pas nécessairement à ceux qui optent pour un autre vaccin pour leur rappel.

On n'a pas à attendre 12 semaines, selon elle.

C'est une question d'équilibre. L'Ontario doit évaluer la protection hâtive gagnée par les gens lorsqu'ils ont leur deuxième dose. Nous voulons tous avoir reçu nos deux doses avant que le variant Delta ne se transmette activement dans la communauté.

Une citation de :La Dre Caroline Quach-Thanh, ancienne présidente du Comité consultatif national de l'immunisation

Pour sa part, la Dre Anna Banerji, professeure à l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto, pense qu'il faut avancer le rappel même pour les Ontariens qui optent pour une deuxième dose d'AstraZeneca.

Le risque d'exposition [au variant Delta] est à son niveau le plus élevé en ce moment, dit-elle. Rien ne justifie d'attendre 12 semaines.

Avec des renseignements fournis par Nicole Ireland, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !