•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Créer l'expérience avec un microalbum

Montage avec les photos de Éemi et Renelle Ray.

Éemi et Renelle Ray font partie des artistes nominés au Gala Trille Or dans la catégorie EP.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec l'arrivée des réseaux sociaux et des plateformes d'écoute en ligne, de plus en plus d'artistes choisissent de créer un microalbum, un court format musical de trois à six pièces. En nomination au Gala Trille Or dans la catégorie meilleur EP, éemi de la Saskatchewan et Renelle Ray de l'Alberta nous parlent du concept derrière leur microalbum.

Renelle Ray : l'amour et la famille

L’auteure-compositrice-interprète franco-albertaine Renelle Ray s'est fait connaître grâce à Polyfonik. Elle a pu gagner en confiance en 2019, lors de son passage au Festival de la Chanson de Granby. Son style folk très doux et ses refrains accrocheurs font sa marque de commerce.

Renelle écrit au sujet de l'amour et de sa famille, des thèmes mis de l'avant dès ses premières productions. Mon concept derrière ce EP, c'est de parler de ce que je vivais à ce moment-là en 2018.

Après avoir travaillé sur quatre chansons, elle décide de sortir un microalbum. Pour moi, un EP, c'est une façon de se concentrer plus sur une oeuvre et il y a aussi les coûts. Huit chansons, c'est plus d'argent que quatre, dit-elle.

Renelle Ray, auteure-compositrice-interprète, de profil dans un paysage d'automne.

Renelle Ray en nomination au Gala Trille Or

Photo : Radio-Canada / Adnan Mohamad


éemi : un sucre acidulé

En 2020, éemi fait sa première marque sur la musique de l’Ouest canadien avec son microalbum intitulé Honey. Il s’agissait là d’un album concept, diffusé sous la forme d’un pot de miel, fruit de la collaboration avec un apiculteur local. Je voulais créer une expérience avec mon album , explique l’artiste de Saskatoon.

Une musique pop douce et sucrée, aux refrains qui nous collent aux oreilles, mais aux accents parfois acidulés. Comme la pièce La petite douleur où la Fransaskoise nous livre une poésie sur l'anxiété et la dépression avec un refrain léger et sarcastique. Ça parle de choses difficiles, mais j'espère que les gens pourront y trouver du réconfort , confie-t-elle.

Honey est une œuvre bilingue empreinte de symbolisme. « Honey, ça adoucit la gorge, c’est un produit qui adoucit un thé amer, c’est un petit mot d’amour pour quelqu'un qu’on aime », explique l'auteure-compositrice-interprète.

Émilie Lebel, alias éemi dans le Petit local de l'Atelier culturel

éemi en nomination au Gala Trille Or

Photo : Radio-Canada

Bannière invitant les gens à visiter L'atelier culturel pour consulter la couverture du gala.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !