•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Échecs scolaires en pandémie : de l'aide sera offerte aux élèves, promet le ministre

Dominic Cardy devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick et du Canada s'adresse au public sur Internet.

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le nombre de cours échoués par les élèves francophones du secondaire a augmenté de 50 %pendant la pandémie. Le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, annonce qu’il y aura un programme de rattrapage cet été pour les élèves francophones. Des députés d’opposition croient que certains groupes d’élèves ont plus de difficultés que d’autres.

Les nouvelles données sur l’échec scolaire, obtenues par Radio-Canada à la suite d'une demande d'accès à l'information auprès des trois districts scolaires francophones de la province, ne surprennent pas les députés provinciaux.

Ce n'est pas une grande surprise, c'était juste au retour de l'école après qu'on a perdu entre avril et juin l'année passée presque trois mois de formation, reconnaît le ministre de l’Éducation.

À partir de septembre, il y aura un programme de rattrapage pour les élèves. Toutefois, il ne sera pas nécessaire d'attendre la prochaine année scolaire.

On va avoir les programmes de l'été, chose qui était pas là au secteur francophone dans les années normales, pour offrir les opportunités pour les élèves de commencer le rattrapage, soutient Dominic Cardy.

Certains groupes d’élèves plus touchés que d’autres

Le député du Parti vert Kevin Arseneau craint que les élèves ayant un déficit d’attention soient parmi ceux qui ont moins bien réussi à l’école pendant la pandémie.

Moi, je serais un de ces jeunes-là, les jeunes avec des troubles de déficit d'attention, les jeunes avec différents défis au niveau de la pédagogie et tout. À l'école, c'était écrit dans le ciel qu'ils allaient avoir de la misère , explique-t-il.

Kevin Arseneau en entrevue à l'Assemblée législative

Le député vert Kevin Arseneau (archives)

Photo : Radio-Canada

M. Arseneau espère qu'un rapport sur la façon dont l'enseignement s'est déroulé pendant la pandémie sera publié pour apporter les changements qui s’imposent s’il devait y avoir une prochaine fois.

Le député libéral Benoît Bourque croit que l’accès à Internet haute vitesse a été un facteur déterminant

On sait fort bien qu'au Nouveau-Brunswick, il y a encore plein de zones, trop de zones, où l'accès à Internet est un problème , soutient-il.

M. Bourque assure aussi que les enseignants n’étaient pas prêts à passer à l’enseignement virtuel.

Avec les informations de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !