•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas assez de pluie pour les agriculteurs fransaskois

Champ de canola asséché en Saskatchewan

La période de chaleur depuis le début du mois de juin en Saskatchewan est exceptionnelle selon des agriculteurs.

Photo : Paul Houndjet

Radio-Canada

La pluie qui s’est abattue au cours des dernières semaines dans les différentes régions de la Saskatchewan soulage, mais elle n’est pas suffisante pour mouiller suffisamment les terres des agriculteurs.

C’est le pire printemps que j’ai vu sur les quinze dernières années. Le temps passe de très sec à humide, ce qui rend nos plantes moins en forme. Les changements extrêmes ne sont pas bons pour elles, affirme Paul Houndjet, agriculteur dans la communauté de Prud’homme, à l’est de Saskatoon.

Il s’inquiète du manque de réserve d’eau dans les sols.

À quelques kilomètres de Prud’homme se trouve Saint-Denis, où habite Laurent Denis. Selon ses estimations, il est tombé une dizaine de millimètres de pluie vendredi dernier, loin des 37 mm reçus il y a deux semaines.

L'agriculteur Laurent Denis, de St-Denis, avec ses chiens et son tracteur.

L'agriculteur Laurent Denis estime qu'il est tombé une dizaine de millimètres de pluie vendredi dernier.

Photo : fournie par Laurent Denis

On a réussi à bien semer sans trop de délais. C’était sec. Les semences avancent très bien. Lorsqu'on a terminé de semer, nous avons eu de la belle pluie, il y a deux semaines, explique-t-il.

Du jamais vu depuis 1988

Dans le sud-ouest de la province, l’agriculteur biologique de Ponteix, Henri Stringer, s'inquiète lui aussi du manque de réserve d’eau dans les sols.

On a eu beaucoup de pluie, et même un peu de neige dans les dernières semaines, ce qui a fait du bien à nos cultures. Ensuite, la canicule n’a pas vraiment aidé, mentionne-t-il.

Les températures que nous avons eues au début du mois en Saskatchewan ont été anormalement élevées selon M. Denis et Joe Poirier, qui réside à Bellegarde, dans le sud-est de la province.

Tous deux assurent n’avoir pas vu une telle situation depuis plus de trente ans.

En 1988, on n’avait rien. Le ruisseau était tout sec jusqu’à Bellegarde. Il était vide. Il n’y avait plus d’eau. D’habitude, on a de la bonne pluie au mois d’avril, affirme Joe Poirier.

Les agriculteurs demeurent néanmoins optimistes. Selon M. Houndjet, le calendrier de récoltes pourrait être modifié en raison des conditions météorologiques.

On envisage de récolter fin août ou début septembre. Pour les pois, ce sera à la mi-août, car ils poussent bien, analyse-t-il.

Avec les informations de Geneviève Patterson et Emeline Riffenach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !