•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vandalisme : une œuvre de Culture Trois-Rivières retirée au centre-ville

Une voiture est stationnée sur la rue et elle est endommagée. Une chaise fracasse le pare-brise alors qu'un engin aérospatial a percuté l'arrière du véhicule.

La création de l'Ontarien Brandon Vickerd a été endommagée dans les derniers jours, ce qui force Culture Trois-Rivières à la retirer de la rue des Forges.

Photo : Courtoisie / Culture Trois-Rivières

Jérémie Camirand

Une œuvre, installée par Culture Trois-Rivières au centre-ville depuis le 5 juin, a dû être retirée à la suite d’actes de vandalisme répétés.

L'œuvre Alouette, qui prend la forme d’une automobile sur laquelle un engin aérospatial a atterri, a été conçue par l’artiste ontarien Brandon Vickerd. Depuis la semaine dernière, on pouvait l'apercevoir sur la rue des Forges pour le parcours Passages insolites–En tournée à Trois-Rivières.

Graffitis, pièces du véhicule volées, fenêtres brisées et pare-brise fracassé par une chaise, la création de Brandon Vickerd a été la cible d’actes de vandalisme, ce qui force l’organisme trifluvien à le retirer de l’espace public.

Des comportements jugés « inacceptables » par Culture Trois-Rivières.

« On est déçu, très déçu. [...] On trouve ça extrêmement déplorable et la seule chose qu’on se dit, c’est qu’heureusement ce sont des cas très isolés. Ça arrive très rarement qu’on a des cas de vandalisme comme ça sur des œuvres d’art publiques », a admis la directrice générale de Culture Trois-Rivières, Nancy Kukovica.

Cependant, la situation ne compromet pas la suite de l’exposition, assure Mme Kukovica. Au contraire, plusieurs options sont étudiées avec l’artiste pour permettre à l'œuvre d’être exposée à nouveau, comme celle de présenter seulement l’engin aérospatial, sans le véhicule.

« Ça ne nous empêchera pas de continuer à faire ce qui doit être fait. C’est-à-dire, pour nous, ça fait partie de notre mission que de rendre l’art accessible », a ajouté Mme Kukovica.

En ce moment, même si l’exposition se poursuit et que l’organisme estime l’événement comme étant un cas isolé, une plainte a tout de même été déposée aux autorités policières de Trois-Rivières, selon la directrice générale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !